Du berceau historique de Kiev au port stratégique de Marioupol sur la mer d'Azov, l'offensive russe s'est particulièrement concentrée sur cinq villes ukrainiennes depuis jeudi.

© AFP

Kiev

Berceau de l'orthodoxie des Slaves orientaux, célèbre pour la beauté de ses églises aux dômes dorés, Kiev, posée sur les rives du fleuve Dniepr dans le Nord du pays, abrite près de 2,9 millions d'habitants.

Au fil des siècles, la capitale ukrainienne, qui a célébré en 2001 ses 1.500 années d'existence, s'est dotée de perles architecturales dont les plus connues sont la Laure Kyïvo-Petcherska et la cathédrale Sainte-Sophie, toutes deux du XIe siècle, inscrites sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Au total, Kiev compte pas moins de 85 églises et 17 monastères, pour la plupart orthodoxes.

C'était redevenu avant l'offensive russe une grande cité européenne avec des rues commerçantes animées.

La vaste place de l'Indépendance, appelée aussi Maïdan, est devenue le symbole de la contestation lors de la Révolution orange de 2004 avant de constituer en 2014 l'épicentre du soulèvement pro-européen.

Certains militent pour rebaptiser la capitale de son nom ukrainien de Kyiv, Kiev étant associé à la russification de l'Ukraine.

Kharkiv

Frappée en plein centre par un bombardement russe mardi, Kharkiv est la deuxième ville d'Ukraine avec une population estimée à 1,4 million d'habitants (ONU, 2018).

Située dans l'est du pays, à proximité de la frontière russe, cette ville largement russophone est ciblée par les forces russes depuis le début de l'assaut lancé le 24 février.

Ville universitaire mais aussi industrielle, parsemée d'espaces verts, elle fut, avant Kiev, la première capitale de la République socialiste soviétique d'Ukraine, et la cible de terribles destructions pendant la Seconde guerre mondiale.

Depuis 2014, elle abrite des centaines de milliers de personnes déplacées à la suite des combats entre séparatistes prorusses et autorités de Kiev dans la région du Donbass.

© AP

Marioupol

Ville industrielle stratégique du sud-est de l'Ukraine, Marioupol est le principal port ukrainien de la mer d'Azov, dans la région de Donetsk. Comme le port de Berdiansk, cette ville de 441.000 habitants (ONU, 2018) est d'une importance cruciale pour les exportations de céréales ou d'acier produits dans l'est du pays.

Marioupol se situe entre la Crimée annexée par Moscou et les territoires contrôlés par les séparatistes prorusses dans l'Est.

Dernière grande cité du sud-est de l'Ukraine à être restée sous le contrôle de Kiev, Marioupol a été brièvement occupée par les séparatistes prorusses au début du conflit en 2014, avant d'être reprise par les troupes régulières ukrainiennes.

© AP

Berdiansk

L'armée russse a revendiqué lundi avoir pris le contrôle de la ville de Berdiansk, à 90 kilomètres de route de Marioupol.

Cette station balnéaire de 115.000 habitants, connue pour ses plages et ses bains de boue, est d'ordinaire une destination touristique prisée, qui reçoit plus de 500 000 visiteurs par an.

Berdiansk est également une ville industrielle, un port de commerce et de pêche et un important noeud ferroviaire.


Kherson

Kherson - assiégée par les forces russes depuis la Crimée - est un port hautement stratégique sur la rive ouest du Dniepr qui contrôle les abords de la péninsule de Crimée annexée par Moscou.

Ancienne base de la flotte russe de la mer Noire, Kherson ouvre la voie entre la Crimée à l'est, et à l'ouest Odessa puis les frontières avec la Roumanie et la Moldavie, membres de l'OTAN. Ville de construction navale, elle compte environ 287.000 habitants.