Un malfaiteur a tenté de profiter de la détresse de l'entourage de Theo Hayez, disparu en Australie le 31 mai dernier. C'est le parrain du jeune Belge qui l'a confessé auprès du podcast australien "The Lighthouse", consacré à l'affaire.

Dans les semaines qui ont suivi la disparition, toujours inexpliquée, Jean-Philippe Pector a ainsi été contacté sur Facebook par une personne se présentant sous le nom de Mike Larry. Ce dernier y affirme que Theo, 18 ans, a été enlevé. "Je suis conscient que ce message va être effrayant. Nous avons Théo", commence le prétendu kidnappeur. "Veuillez informer son père qu'il est OK. Il n'est pas à Byron. Nous avons dû le déplacer et faire profil bas vu toutes les recherches. Il ira bien si son père suit ce que nous voulons à la lettre. Ce n'est pas un leurre, votre fils a été enlevé."

Les revendications du malfaiteur? Une rançon de 300.000 dollars (un peu plus de 272.000 euros) à verser dans les 24 heures, en bitcoin, selon le Dailymail.

Le parrain de Theo a immédiatement prévenu la police, qui a enquêté sur le message. Il s'est avéré qu'il provenait d'Afrique du Sud, et les enquêteurs ont considéré qu'il s'agissait d'un faux et que le jeune homme n'avait pas été enlevé. 

Reste que ces messages menaçants constituent une épreuve supplémentaire pour la famille du randonneur. D'autres proches, dont sa petite-amie, auraient aussi été contactés de la sorte. "La première fois que j'ai reçu ça, cela a été un choc", explique Jean-Philippe Pector. "On commence à se demander: est-ce vrai ou pas? A un moment, ils m'ont même dit que Théo s'était blessé à la jambe en essayant de s'échapper. Et à chaque fois, on commence à cogiter: 'Et si? Et si?' "

Jeudi, un nouvel élément a été révélé. Un bâton ensanglanté avait en effet été retrouvé dans les dunes de Byron Bay, trois semaines après la disparition de Theo. Pour rappel, les recherches ont été interrompues début juillet, mais l'enquête se poursuit.