Depuis sa diffusion le 11 novembre sur la plateforme Vimeo et depuis sur l’ensemble du Web, Hold-Up - Retour sur un chaos agite la Toile, les réseaux sociaux, la complosphère et les milieux qui luttent contre les thèses conspirationnistes. Ce documentaire long de près de trois heures, aux allures d’enquête fouillée et à l’esthétique très professionnelle, prétend révéler la gigantesque manipulation que cache la crise du coronavirus. À savoir un plan ourdi par le Forum économique mondial pour asservir l’humanité : The Great Reset, comprenez la Grand Réinitialisation.

À grand renfort d’experts, qu’ils soient médecins, chefs de services d’hôpitaux, professeurs, ancien patron de grands laboratoires et même Prix Nobel, cette réalisation dénonce pêle-mêle le port du masque, le confinement, le non-recours à la chloroquine, l’efficacité de la vaccination, le rôle des big pharma, les mensonges des autorités, etc. Le tout est assaisonné de corruption et de considérations sur la 5G, les cryptomonnaies et les nanoparticules. C’est peu dire que la diffusion de ce documentaire créé un malaise. Autant par les vérités affirmées que par l’impact qu’elles ont auprès de nombreuses personnes. En attestent les commentaires lus auprès des liens partagés sur Internet et les réseaux sociaux.

Membre du groupe interuniversitaire d’experts Psychologie et corona, Olivier Klein, professeur de psychologie sociale à l’ULB, y voit un outil de persuasion ou de propagande particulièrement bien construit. Toutes les ficelles du parfait conspirationniste y figurent : des experts qui ont les caractéristiques du savoir et donc ne peuvent pas raconter de bêtises, des entretiens coupés pour faire dire à l’intervenant le contraire de son propos et une telle masse d’informations qui, même si elles sont douteuses ou déjà réfutées, font penser qu’il n’y a pas de fumée sans feu. C’est ce que l’on appelle la technique du mille-feuille argumentatif souligne le professeur. Mis bout à bout, tous ces éléments rendent le documentaire particulièrement puissant.

Pourtant, les vérités proclamées par Hold-Up ne résistent pas à l’analyse minutieuse comme l’ont démontré des quotidiens. L’OMS ne préconise pas le port du masque pour le grand public ? Faux, fait remarquer Libération. L’OMS encore interdit les autopsies ? Idem. La Suède n’a pas confiné et compte beaucoup moins de morts que la France ? Intox, tout comme affirmer que l’État français a organisé l’euthanasie des seniors en autorisant l’utilisation d’une molécule, le Rivotril. le problème fait remarquer Olivier Klein, est que "les arguments qui vous serviront à démonter le complot seront rejetés par le complotiste. Il va juger qu’ils font eux-mêmes l’objet du complot ou que vous êtes manipulé." Le nœud du complotisme, explique-t-il, c’est la confiance. "Des articles démontent le contenu de Hold-Up mais vous n’y croirez que si vous avez confiance dans la source. Or, ce documentaire ne fait que renforcer la défiance envers les élites (médias, institutions judiciaires, OMS, etc.) puisqu’il est construit comme une opposition où les gens simples sont dominés et manipulés par les élites en question. Ce discours met en péril le fonctionnement de nos institutions et par là, le vivre-ensemble."

Dans quel but ? Mystère. Le professeur de l’ULB constate que si la réalisation appelle les gens à ne pas se laisser faire, elle ne semble pas porter un projet politique. "On dirait que c’est de la méfiance qui tourne à vide et se nourrit d’elle-même", remarque-t-il.

Selon Olivier Klein, le confinement et le virus sont des sources d’incertitude qui favorisent l’adhésion aux thèses complotistes. "Face à cette anxiété, le complot est une réponse rassurante. Parce qu’elle explique tout de manière assez simple. Cela permet même d’anticiper l’avenir. Et en plus, c’est valorisant. Le message est que vous faite partie d’un groupe auquel on va communiquer ce qu’il faut savoir pour ne pas être des moutons. Vous allez devenir des personnes éclairées et vous pourrez décrypter toute la presse manipulée par les élites avec un œil critique. Et vous allez renforcer les liens sociaux, ce qui est important face à l’anxiété."