Plusieurs médias français rapportent que des athlètes de l'Hexagone soupçonnent avoir été contaminés au coronavirus lors des Jeux militaires mondiaux d'été qui se sont déroulés du 18 au 27 octobre derniers à Wuhan, foyer initial de l'épidémie. Si cette possibilité se confirme, cela remettrait en question la date de la première contamination sur le sol chinois estimée au 17 novembre 2019. Mais l'armée française met en doute cette possibilité et réfute les accusations des sportifs.

Les JMME, une compétition réservée aux sportifs militaires, avaient réuni environ 10 000 athlètes en provenance de 110 pays dans la capitale de Hubei quelques semaines avant que l'épidémie ne soit déclarée officiellement.

Lors d'un entretien fin mars accordé à la chaîne locale Télévision Loire 7, la vice-championne olympique de pentathlon Elodie Clouvel a ainsi indiqué qu'elle pensait, tout comme son compagnon Valentin Belaud, y avoir été contaminée par le coronavirus: "Je pense qu'avec Valentin on a déjà eu le coronavirus parce qu'on était à Wuhan pour les Jeux mondiaux militaires fin octobre. Et en fait, il s'avère qu'après les Jeux mondiaux militaires, on est tous tombés malades avec les mêmes symptômes. Valentin a loupé trois jours d'entraînement. Moi j'ai été malade aussi. C'était trop bizarre. J'avais eu des trucs que je n'avais jamais eus avant", a-t-elle expliqué. "On ne s'est pas plus inquiété que ça parce qu'on n'en parlait pas encore mais c'est vrai qu'on rentrait de Wuhan et c'est à ce moment-là que le virus s'est développé et on a commencé à en parler".

Par ailleurs, elle ajoute avoir été en contact récemment avec un médecin militaire qui n'aurait pas exclu la contamination au coronavirus.

Elle affirme également que "beaucoup d'athlètes des Jeux mondiaux militaires ont été très malades". Sous couvert d'anonymat, d'autres sportifs ont en effet appuyé cette possibilité, soutenant avoir été cloués au lit pendant plusieurs jours avec de la fièvre et des courbatures en revenant de Chine.

Le ministère des Armées met en doute toute contamination au virus

"Il n'y a pas eu, au sein de la délégation française des Jeux militaires mondiaux, de cas déclarés auprès du Service de santé des armées de grippes ou d'hospitalisation pendant et au retour des JMME, pouvant s'apparenter, a posteriori, à des cas de Covid-19", a de son côté réagi officiellement le ministère des Armées. "La délégation française a bénéficié d'un suivi médical, avant et pendant les Jeux, avec une équipe médicale dédiée composée de près d'une vingtaine de personnes", soulignent les autorités. "Lorsque les Jeux mondiaux militaires d'été (JMME) se sont déroulés du 18 au 27 octobre 2019, à Wuhan en Chine, l'épidémie liée au Covid-19 n'était alors pas connue et le premier cas de Covid-19 n'a été rapporté par la Chine à l'OMS, que le 31 décembre 2019 (...) A ce jour et à notre connaissance, aucun autre pays représenté au JMME de Wuhan n'a par ailleurs rapporté de tels cas", conclut-on au ministère.

Pour le ministère de la Défense belge, "rien ne permet de confirmer une contamination en octobre"

La Belgique était également représentée lors de ces JMME avec une délégation composée de 80 personnes. Le ministère de la Défense ne s'inquiète pas pour autant: "Rien de concret ne permet de confirmer l'hypothèse d'une contamination en octobre. Certains participants aux Jeux ont connu fin novembre, début décembre des maux de gorge, de la toux ou encore des extinctions de voix, mais cela n'a pas nécessité des mesures particulières et n'a jamais été mis en lien avec la participation aux Jeux militaires", indique-t-on.

La délégation américaine mise en cause

Début mars, Zhong Nanshan, spécialiste chinois des maladies respiratoires, avait émis la supposition que, si "l’épidémie a fait son apparition en Chine", elle n’y "a pas forcément son origine". À l’appui de cette thèse, M. Zhao avait relayé une vidéo du directeur des Centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies, Robert Redfield, dans laquelle il déclarait que des Américains que l’on croyait morts de la grippe saisonnière avaient été trouvés porteurs du nouveau coronavirus. "Quand le patient zéro est-il apparu aux États-Unis ? Combien de personnes ont-elles été infectées ?", avait interrogé le haut diplomate. La thèse circule, sur les réseaux sociaux chinois, que la délégation américaine aux Jeux mondiaux militaires, disputés en octobre à Wuhan, ait pu importer le virus. Et Pékin a appelé les États-Unis à divulguer de plus amples informations, à faire preuve de transparence sur les cas de coronavirus et à fournir une explication au public. "Nous exhortons les responsables américains à respecter les faits", avait même osé M. Zhao, en anglais dans le tweet. Pour réponse, Washington avait convoqué l’ambassadeur de Chine aux États-Unis : "Propager des théories du complot est dangereux et ridicule."