Ce mercredi 9 juin marque le début de la tournée diplomatique européenne du président Joe Biden: au Royaume-Uni, pour le G7, à Bruxelles, pour un sommet de l'Otan et de l'UE et enfin à Genève pour rencontrer son homologue russe Vladimir Poutine. De nombreux journalistes devaient également suivre l'avion présidentiel pour épier les moindres faits et gestes du résident de la Maison-Blanche. Cependant, leur voyage ne s'est pas déroulé comme prévu en raison d'un incident improbable.

En effet, l'est des États-Unis est actuellement en proie a une véritable invasion de cigales depuis plusieurs semaines. Après 17 ans passés sous terre, une espèce étonnante sort enfin à l'air libre. Ce phénomène surprenant a eu lieu pour la dernière fois en 2004. Ce sont donc plusieurs dizaines de milliards d'insectes qui se sont envolés dans la nature et qui ont entraîné avec eux certains désagrément inévitables. En plus des nombreuses nuisances sonores provoquées par les cigales, certaines nuées peuvent également se trouver là où elles n'auraient pas dû.

C'est notamment ce qu'il s'est passé lors du décollage de l'avion censé transporter les journalistes. Celui-ci est en effet entré en collision avec des cigales qui en ont profité pour s’immiscer dans les moteurs du véhicule rendant celui-ci inutilisable, rapporte le New York Times. La foule de suiveurs a ainsi été retardée plusieurs heures avant de pouvoir embarqué dans un nouvel appareil.

En quittant Washtington DC, Joe Biden avait d'ailleurs déjà dû se débarrasser d'une cigale qui s'était posée sur son cou: "Attention aux cigales, elles m'ont déjà attrapé", avait-il plaisanté.