Une délégation est arrivée en Afghanistan pour tenter de faire libérer les 21 otages toujours détenus

KABOUL Une délégation de responsables sud-coréens est arrivée jeudi dans la province afghane de Ghazni, où 21 de leurs compatriotes sont toujours détenus en otage par les talibans, afin de négocier directement avec ceux-ci un dénouement pacifique de la crise. Les talibans ont enlevé, il y a près de deux semaines, 23 volontaires chrétiens sud-coréens. Ils ont tué deux d'entre eux.

La milice intégriste menace les autres d'un sort similaire si le gouvernement afghan ne libère pas des talibans emprisonnés. La dépouille de Shim Sung-min, 29 ans, le deuxième otage sud-coréen abattu, a été rapatriée jeudi. Les talibans ont insisté pour que des négociations directes soient engagées avec les Sud-Coréens mais Séoul n'a pas le pouvoir de faire libérer des prisonniers des geôles afghanes.

"La délégation, qui comprend l'ambassadeur de Corée, venue pour la libération des ressortissants coréens, dit vouloir parler aux talibans pour désigner un lieu de négociation" , a déclaré aux journalistes le gouverneur de la province de Ghazni, Mirajuddin Pathan.

Le chef de la diplomatie sud-coréenne, Song Min-soon, a rencontré jeudi le secrétaire d'État adjoint américain John Negroponte à Manille en marge du sommet de l'Asean. "Ils sont convenus qu'aucun des deux pays ne recourra à la force", a déclaré un diplomate sud-coréen. Les États-Unis disposent de plus de 20.000 soldats en Afghanistan. Les talibans ont prévenu que toute tentative de libération des otages par la force pourrait leur être fatale. Une telle opération serait périlleuse, les talibans ayant scindé les Sud-Coréens en petits groupes qu'ils détiennent dans des lieux séparés. Le ministère afghan de la Défense a pourtant fait savoir que des hélicoptères de l'armée avaient largué des tracts dans plusieurs secteurs de la province de Ghazni, demandant aux habitants de se mettre à l'abri en prévision d'une opération devant être lancée "dans les semaines à venir" . Mais le ministère a assuré qu'il s'agissait d'une opération de routine aucunement liée aux enlèvements.

Des forces afghanes et étrangères sont stationnées dans le secteur. L'émissaire du président sud-coréen, Baek Jong-Chun, se trouvait jeudi au Pakistan pour des entretiens avec des responsables pakistanais, a déclaré un responsable de la présidence sud-coréenne. Baek doit rentrer vendredi à Séoul après un séjour de près d'une semaine en Afghanistan pour tenter d'obtenir la libération des otages. Un conseiller du président pakistanais Pervez Musharraf a dit toutefois ne pas être au courant de la présence de Baek dans son pays.



© La Dernière Heure 2007