Plusieurs députés, sénateurs, élus locaux des Ardennes françaises et le président de la région Grand Est réclament vendredi au gouvernement "la réouverture en urgence" de la frontière franco-belge, pointant les "difficultés économiques" d'un territoire en partie "enclavé". 

Le nord du département et surtout "la pointe des Ardennes totalement enclavée en Belgique", déjà en difficulté avant l'épidémie de Covid-19, sont particulièrement fragilisés par cette crise et la fermeture de la frontière, alerte le député Les Républicains (opposition) Pierre Cordier, dans un courrier co-signé avec quatre parlementaires, les présidents de région et de département, et plusieurs élus locaux.

"Les pertes de recettes enregistrées dans les magasins alimentaires sont considérables, et de nombreux emplois sont menacés (...) car près de 70% des clients sont belges dans les commerces frontaliers", déplorent les élus dans ce texte.

A l'heure du déconfinement en France comme en Belgique, "la reprise de la saison touristique est cruciale pour notre département", plaident-ils, proposant de "permettre aux touristes des pays voisins de venir, pourquoi pas en appliquant la règle des 100 km sans tenir compte de la frontière".