A Washington, sous un soleil quasiment estival, la foule affluait vers la Maison Blanche et la Black Lives Matter Plaza, une partie de l'artère menant à la résidence présidentielle ainsi renommée au printemps dernier pour dénoncer les violences policières contre les Africains-Américains.

La capitale fédérale est un bastion démocrate. Les panneaux Joe Biden et Kamala Harris, la future vice-présidente, ont refleuri dans les rues, fièrement portés par leurs supporteurs démocrates, tous portant le masque sanitaire et au nombre de plusieurs milliers.

"Je suis comblée, extrêmement heureuse et juste tellement fière que nous allions dans une direction différente", disait Amy Berger, 40 ans, sortie avec son fils dans un quartier plus résidentiel.

A New York, ville d'origine de Donald Trump, c'étaient les mêmes scènes: klaxons et célébrations. Catherine Griffin, 47 ans, versait même quelques larmes d'émotion.


"Je suis heureuse que Donald Trump sorte de nos vies, espérons pour toujours --même si je n'en sais rien ", disait-elle, appelant à avoir "un peu de normalité dans nos vies".

Les Américains ont attendu quatre jours avant de connaître le nom de leur futur président. La course a été serrée, dans un pays extrêmement divisé. Les chaînes de télévision américaines ont fini par annoncer samedi que Joe Biden avait franchi le seuil "magique" de 270 grands électeurs qui lui permettra d'entrer à la Maison Blanche en janvier prochain.

Dans le fief du démocrate, Wilmington, ville tranquille du Delaware, des célébrations ont également commencé samedi, tout comme à Philadelphie ou encore Atlanta.

Scène de joie à Wilmington, fief démocrate
Scène de joie à Wilmington, fief démocrate © AFP