Monde

France Télévisions a coupé la scène au montage : "il s'agissait d'une prise d'otage de l'antenne"

Ce lundi 13 mai, avait lieu, sur les antennes de France Télévisions, la traditionnelle Cérémonie des Molières 2019. Un rendez-vous culturel marqué ar une irruption : au début de l'événement présenté par notre compatriote et humoriste Alex Vizorek (par ailleurs maître de cérémonie des Magritte du cinéma), une vingtaine de gilets jaunes se sont invités sur scène pour dénoncer les coupes budgétaires qui grèvent la culture, le tout sous les yeux du ministre de tutelle en France, Franck Riester. 


"Le Molière du déshonneur incontestablement et à l'unanimité du jury, il revient à M. Macron et son gouvernement. M. Franck Riester, nous vous remettons le Molière du déshonneur parce que vous participez à cette grande fête et en même temps, vous coupez partout dans le budget de la culture", a déclaré un des manifestants, en tenant une statuette de Molière arborant une écharpe jaune. "Techniciennes, techniciens et artistes présents ce soir, ne nous regardez pas, rejoignez-nous, le pouvoir du peuple, par le peuple, pour le peuple", a lancé une autre manifestante. Des applaudissements ont fusé dans la salle à plusieurs reprises et l'humoriste Blanche Gardin (récompensée un peu plus tard du Moliière de l'humour, pour la seconde année consécutive), notamment, s'est levée pour les applaudir.

La soirée, qui décerne les prix les plus prestigieux du théâtre français, s'est déroulée aux Folies Bergère, à Paris, et était diffusée en différé en deuxième partie de soirée sur France 2. Nulle trace de cette interruption lors de la diffusion de la cérémonie : France 2 l'a purement et simplement coupée au montage. La chaîne a justifié cette position en ces mots, par l'entremise d'un porte-parole : "Les intermittents ont agi sans autorisation. Ils ont pu s'exprimer devant le ministre de la Culture mais ils ont pris en otage l'antenne". 

Le président de la Nuit des Molières, Jean-Marc Dumontet, proche d'Emmanuel Macron, a affirmé que ces "gilets jaunes" s'étaient probablement introduits "par les toits".