Le nombre de cas de coronavirus journalier détectés à Taïwan reste très bas depuis le début de l'année 2021. Si cette réussite était saluée par de nombreux pays faisant face à une nouvelle vague de l'épidémie, il semblerait que les choses changent.

En effet, depuis le début du mois, Taïwan a enregistré près de 1200 contaminations locales. Les autorités ont pris cette augmentation soudaine et agressive du nombre de cas très au sérieux, même si ces chiffres semblent bien faibles lorsqu'ils sont comparés à ceux de la Belgique, qui a enregistré en moyenne 2.087 infections quotidiennes cette semaine. Le pays a renforcé les mesures pour lutter contre l'épidémie, telles que la limitation de la taille des rassemblements ou la fermeture des écoles.

Taïwan n'avait pas tardé à réagir dès l'annonce de l'apparition du virus par la Chine. C'était l'un des premiers endroits au monde à fermer ses portes aux voyageurs étrangers. Et si les frontières sont toujours fermées, c'est au niveau local que les choses ont changé. Habituée à ne recenser presque aucun cas de coronavirus, la population a peu à peu baissé sa garde.

Trop peu de dépistage

Les hôpitaux ont quant à eux cessé de procéder à des tests massifs de dépistage du Covid, même pour des personnes ayant de la fièvre. Selon les données recensées par Our World in Data, Taïwan effectuait moins d'un test de dépistage pour 1 000 personnes à la mi-février. Un chiffre qui tranche avec le nombre de tests effectués en Belgique ou encore à Singapour, qui connaissait pourtant un nombre de cas similaire.


Une attitude complaisante

"On partait généralement du principe, même lorsque les personnes présentaient des symptômes, que la probabilité d'avoir le Covid-19 était essentiellement nulle", a déclaré à la BBC le Dr Lin Hsien-ho de l'Université nationale de Taïwan. Selon ce médecin, la situation n'était pas prise au sérieux par les médecins. Les hôpitaux ne faisaient quant à eux pas assez de suivi des contacts. "Il y avait définitivement un certain sentiment de complaisance", admet-il.

Suite à l'assouplissement des mesures de quarantaine imposées aux pilotes non vaccinés, plusieurs cas contaminés par le variant britannique (B.1.1.7.) ont été détectés. Le virus s'est ensuite propagé rapidement dans la communauté via des lieux de divertissements pour adultes, rendant le suivi des contacts plus délicat. De nombreuses personnes testées positives ayant refusé de reconnaître avoir fréquenté ces lieux.