Ces informations, parues dans The Astrophysical Journal, ressortent d'une étude réalisée par un groupe de scientifiques. Cette équipe a détecté des ondes assez inhabituelles. Pour l'instant, aucun élément ne permet d'en connaître la source exacte.

L'une des caractéristiques de ce signal qui intrigue les scientifiques est le fait qu'il s'éteint et revient sans aucune logique particulière. "La propriété la plus étrange de ce nouveau signal est qu'il a une polarisation très élevée. Cela signifie que sa lumière oscille dans une seule direction, mais cette direction tourne avec le temps", indique Ziteng Wang, doctorant à l'École de physique de l'Université de Sydney.

"Cet objet était unique en ce sens qu'il a commencé par être invisible, est devenu brillant, s'est estompé puis est réapparu. Ce comportement était extraordinaire", a expliqué Tara Murphy, une des scientifiques co-auteure de l'étude. "Le comportement de la source était radicalement différent. Elle a disparu en une seule journée, alors qu'elle avait duré des semaines dans nos précédentes observations".

A l'heure actuelle, l'équipe de chercheurs ne peut qu'émettre des hypothèses sur l'origine de ce phénomène stellaire inconnu. "Nous avons d'abord pensé qu'il pouvait s'agir d'un pulsar – un type d'étoile morte en rotation très dense – ou d'un type d'étoile qui émet d'énormes éruptions solaires. Mais les signaux de cette nouvelle source ne correspondent pas à ce que nous attendons de ces types d'objets célestes", déclare Ziteng Wang.

Ces ondes radio "pourraient appartenir à une nouvelle classe d'objets stellaires. Nous n'avons jamais rien vu de tel."

L'objet stellaire a pour l'instant été nommé "ASKAP J173608.2-321635". Après son repérage grâce au radiotélescope australien Square Kilometer Array Pathfinder, deux autres observatoires - australien et sud-africain - ont commencé à le surveiller. De nombreux autres télescopes pourraient être mis à contribution dans le futur pour percer les mystères du signal jamais vu auparavant.