Après un chantier catastrophique, le nouvel aéroport de Berlin ajoute encore un épisode à sa saga: la mise en quarantaine des principales personnalités, dont un ministre, ayant assisté à son inauguration, en raison de la contamination au coronavirus de l'une d'entre elles. Le président du Land du Brandebourg, qui entoure Berlin et où se situe l'aéroport, a annoncé avoir été testé positif mardi.

Ce élu régional, Dietmar Woidke, comptait samedi parmi les principales personnalités participant à la cérémonie de mise en service du nouvel aéroport international Willy Brandt, une inauguration organisée avec neuf ans de retard sur le calendrier après que le chantier a tourné au fiasco.

Dans la foulée de cette contamination, les autres invités de marque présents à ses côtés ont annoncé mardi se mettre en quarantaine: on trouve parmi eux le ministre allemand des Transports Andreas Scheuer, le directeur général de la compagnie aérienne britannique EasyJet Johan Lundgren, le maire de Berlin ou encore le directeur de l'aéroport.

Egalement présent à la cérémonie, le patron du géant européen Lufthansa, Carsten Spohr, a annulé un déplacement prévu mardi et s'est soumis à un test de dépistage, a précisé le service de communication de la compagnie.

Lors de l'inauguration, "les prescriptions de distance et d'hygiène ont été respectées", a encore précisé Lufthansa.

Grand projet issu de la réunification, le "BER" aurait dû ouvrir en 2011, après une construction entamée en 2006. Une invraisemblable série noire faite de défaillances, malfaçons, faillites, soupçons de corruption, négligences, démissions, en ont fait un gouffre financier et la risée de toute l'Allemagne.