Le président sortant Donald Trump, qui accuse pour le moment un retard sur son rival démocrate Joe Biden, n'a de cesse de dénoncer des "fraudes", sans apporter d'élément concrets et a lancé plusieurs actions en justice, demandant d'arrêter le dépouillement des votes. Un juge de l'État de Géorgie, où la course est serrée entre les deux candidats, a rejeté jeudi un recours introduit par les républicains locaux pour empêcher le "dépouillement illégal de bulletins reçus après l'élection", selon CNN.

Les partisans de Donald Trump, dont l'avance se réduit dans ce bastion républicain, avaient saisi la justice, affirmant avoir constaté que des bulletins par correspondance n'étaient pas correctement traités.

Les suffrages suspicieux étaient peu nombreux: "une pile de trois bulletins et une autre de 53", selon une copie du dossier fournie par les républicains.

Pour l'instant, Donald Trump est annoncé gagnant dans l'État de Géorgie, qui compte pour 16 grands électeurs. L'écart avec Joe Biden s'est toutefois réduit au fil des heures, le démocrate totalisant pour l'instant 49,2% des suffrages épluchés, et Donald Trump 49,5%. La différence entre les deux candidats se compte en quelques milliers de voix. La Géorgie a dépouillé 98% des votes.

Au Michigan, remporté par Joe Biden, les républicains accusent également une défaite judiciaire, une juge ayant rejeté jeudi leur demande d'arrêter immédiatement le dépouillement jusqu'à ce que l'équipe de M. Trump ait un accès "significatif" au comptage des bulletins. La juge était sceptique quant au bien-fondé de l'action, mettant en exergue un manque de preuves. En outre, le dépouillement est désormais terminé, rendant l'action quelque peu caduque. Le rejet du recours n'avait pas encore été signifié par écrit jeudi mais il devrait l'être demain/vendredi après-midi, indique CNN.