Monde Plus d'une semaine après le lancement de l'enquête en vue de la destitution du président américain, Donald Trump se retrouve de plus en plus affaibli. Lancée à l'initiative des démocrates, la destitution du milliardaire ne serait pas impossible, loin de là. Un deuxième lanceur d'alerte s'est fait connaître hier, par la voix de son avocat, comme étant à même de témoigner contre le président américain. "Il a des informations de première main", a fait savoir l'avocat. 

Les démocrates avaient déjà expliqué un peu plus tôt qu'ils comptaient mettre les bouchées doubles dans la procédure qu'ils ont lancée. 

Face à la menace grandissante, le président américain peut-il compter sur son camp pour le soutenir? Pas tout à fait. En effet, selon le Cook Political Report et le New York Times, plusieurs sénateurs républicains ne seraient pas opposés à ce que Donald Trump laisse sa place à quelqu'un d'autre. Le jugeant "inapte", ces frondeurs n'oseraient toutefois pas exposer leur point de vue au grand jour, par crainte pour leur "carrière". 

De nombreux républicains ont d'ailleurs choisi de garder le silence, ne voulant ni défendre le président ni le critiquer. "C'est une question d'être en paix avec leur conscience et de défendre leurs valeurs", explique un républicain au New York Times. " Certains suivent la règle selon laquelle s'il n'y a rien de positif à dire sur leur président, autant ne rien dire du tout". 

Il semblerait toutefois que, si le vote concernant la fameuse destitution se tenait à bulletin secret, de nombreux républicains pourraient se montrer favorables au départ de Donald Trump. 

Pour rappel, l''impeachment' doit franchir une première étape à la Chambre des représentants, composée majoritairement de démocrates. Ce n'est seulement qu'après cela que sera voté au Sénat la possible destitution du milliardaire.