Michael Taylor, 60 ans, qui a écopé de la peine la plus lourde, et son fils Peter Taylor, 28 ans, étaient jugés depuis le mois dernier à Tokyo dans cette affaire retentissante ayant ridiculisé les autorités japonaises. Tous deux avaient reconnu les accusations pesant contre eux.

Les Taylor avaient été arrêtés en mai 2020 par la justice américaine en vertu d'un mandat d'arrêt japonais. Ils étaient ensuite restés détenus aux Etats-Unis car considérés comme présentant un "grand risque de fuite". Michael Taylor, ancien membre des forces spéciales américaines reconverti dans la sécurité privée, et son fils Peter avaient ensuite été extradés des États-Unis début mars, après avoir épuisé tous les recours possibles. À leur arrivée au Japon, ils avaient été conduits au centre de détention de Kosuge à Tokyo, là où avait été détenu M. Ghosn pendant 130 jours entre novembre 2018 et avril 2019.

Lors de la première audience de leur procès le 14 juin, les Taylor n'avaient pas contesté les faits qui leur sont reprochés. Les deux hommes ont dit devant le tribunal qu'ils regrettaient "profondément" leurs actes.