Monde Si cette affaire s'est déroulée le 9 septembre dernier à Saint-Pourçain-sur-Sioule, dans l'Allier (France), elle n'a été rendue publique par les médias que ce lundi. Deux enfants issus d'une même famille ont été séparés de leurs camarades lors d'un temps de midi et ont été privés de repas chaud. "Ils ont reçu du pain frais et de l'eau" , explique Emmanuel Ferrand, le maire (LR) de l'entité.

Cette décision, c'est lui qui l'a prise car les parents des deux enfants ne payaient plus la cantine depuis des mois. " Nous avons voulu faire un électrochoc aux parents de ces enfants ", explique le maire sur France 3 Auvergne-Rhône-Alpes . "L'an dernier, nous avons gardé les enfants tous les jours à la cantine alors qu'ils n'étaient pas inscrits, soit 4 jours par semaine. Nous les avons gardés et nourris. Les parents n'ont jamais rien payé. En ce début d'année scolaire, la même situation s'est reproduite. Que pouvions-nous faire? Appeler la gendarmerie? Les laisser dans la cour? Nous les avons installés dans une salle à part pour qu'ils ne soient pas avec les autres enfants et ne soient pas victimes de discrimination. Nous leur avons donné du pain frais et de l'eau."

Le fléau des impayés

Selon le maire, un tiers des parents ne règlent pas la cantine. " Cela représente plus de 5.000 euros d'impayés par an ", poursuit-il. Pourquoi ces enfants ont-ils été les seuls à être privés de repas chaud? " Parce que c'est la seule famille qui nous laisse sans réponse" , se justifie-t-il. Selon la municipalité, les parents des enfants n'ont jamais répondu aux appels, mails et courriers envoyés. Et, étant donné qu'ils ne viennent pas chercher leurs enfants eux-mêmes à l'école, l'établissement n'a jamais pu leur en parler de vive voix. "Pour toutes les autres familles qui ont des difficultés à payer la cantine, des solutions ont pu être trouvées notamment via les services sociaux" , précise encore Emmanuel Ferrand.

Une décision "maladroite"

Il n'empêche que, pour beaucoup, les enfants ne devraient jamais avoir à subir les conséquences des problèmes de leurs parents.

"Je comprends que les impayés soient un problème mais ce sont des problèmes d'adultes. Je suis en total désaccord avec la façon dont cette affaire a été menée" , a expliqué à France 3 Auvergne-Rhône-Alpes un employé de l'école qui a tenu à rester discret.

Si le maire reconnait une décision "maladroite", il précise que les parents ont réglé "le soir-même" tous les frais de cantine en une seule fois.