Monde

Le monde n'est pas "sur la bonne voie" pour atteindre les Objectifs du développement durable (ODD) en 2030. Malgré des avancées, la Haute commissaire aux droits de l'Homme a appelé mercredi à Genève à donner "une urgence plus importante" à cette question.

"Les inégalités sont une question de droits humains", a estimé Michelle Bachelet au début d'une réunion sur les liens entre ces droits et les Objectifs du développement durable. La nourriture, l'eau, la santé, l'éducation, le logement ou encore l'accès à la justice "ne sont pas des biens à vendre", mais des "droits" pour l'ensemble des citoyens. 

Indicatif ciblé par la Haute commissaire, "de nombreux pays sont très loin d'atteindre une égalité entre femmes et hommes". Trois ans après l'entrée en vigueur des 17 ODD, le décalage économique et politique reste dans ce domaine largement "établi". Le taux de personnes qui manquent de nourriture est en outre reparti à la hausse, au-dessus de 10%. 

Les conflits et les désastres poussent chaque jour près de 45.000 personnes à fuir, les écarts économiques s'étendent et le changement climatique affecte de nombreuses personnes. Pour autant, des avancées importantes ont été observées dans certains pays dans d'autres secteurs. Selon un rapport sur la situation en 2018, l'extrême pauvreté diminue, même si elle reste un peu au-dessus du seuil des 10% de la population mondiale. En près de 20 ans, la part de ceux qui vivent avec moins d'1,9 dollar par jour a reculé de près de 30% à moins de 10%. La baisse la plus étendue a été constatée en Asie. ´

Le taux de scolarisation a augmenté et celui de la mortalité infantile a reculé, de même que le nombre de mariages forcés. Pas de quoi satisfaire Mme Bachelet cependant. "Il faut une action immédiate et accélérée", insiste-t-elle. Une réunion de politique de haut niveau sur les ODD doit avoir lieu en juillet, avant un sommet deux mois plus tard à New York. Le Conseil des droits de l'Homme et les experts indépendants mandatés par l'ONU doivent contribuer, ajoute Mme Bachelet.