Monde

L'humoriste français a annoncé samedi qu'il serait candidat "anti-sioniste" aux élections européennes du 7 juin

PARIS Il appelle tous les "infréquentables" à rejoindre sa liste en région parisienne.

"Les électeurs auront le choix d'un vote anti-sioniste clairement affirmé, qui ne se cache pas", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse, en disant s'adresser à "tous les esclaves".

"Il faut se battre contre le système béké. On l'appelle comme ça en Guadeloupe.
En France, c'est le système sioniste, c'est exactement la même chose. Ce sont les esclavagistes et on est des esclaves. Il faut qu'on se libère!", a-t-il lancé.

Il a expliqué sa décision de se présenter par une "guerre culturelle" que lui
auraient déclaré "le Parti socialiste et l'UMP" (droite au pouvoir en France), à la suite d'une "saillie drolatique" qui lui a valu l'annulation "de tout un tas de spectacles".

"Aujourd'hui on m'interdit de travailler, de nourrir mes cinq enfants, je n'ai pas d'autre choix que d'aller me battre sur le terrain" politique, a affirmé Dieudonné. Il avait déclenché un tollé en décembre en invitant sur scène lors d'un de ses spectacles Robert Faurisson, condamné à plusieurs reprises pour ses thèses négationnistes.

Parmi les 5.000 spectateurs avaient pris place plusieurs membres du parti d'extrême droite Front national, notamment son président Jean-Marie Le Pen, qui est le parrain d'une fille de l'humoriste.
Plusieurs spectacles de l'humoriste avaient ensuite été déprogrammés en France.

Le parquet de Paris a ouvert une enquête. Né en 1966 en banlieue parisienne, d'une mère française et d'un père camerounais, de son vrai nom Dieudonné M'Bala M'Bala, a été condamné à plusieurs reprises pour des propos sur la Shoah et les juifs. Il avait été condamné notamment pour avoir comparé les juifs à des "négriers".

© La Dernière Heure 2009