Suivant les réquisitions du parquet, le tribunal a estimé que le terme "gag des pyjamas de Cracovie", en référence à la tenue portée par les déportés juifs à Auschwitz durant la Seconde guerre mondiale et employés le 17 juin 2017 lors d'un spectacle joué à son domicile dans le centre de la France, étaient "injurieux à l'égard des juifs victimes de l'Holocauste".

Le tribunal a également condamné le polémiste à verser 8.000 euros à deux associations de lutte contre l'antisémitisme qui s'étaient constituées parties civiles.

Présent en début d'audience, le 22 juin dernier, le polémiste avait quitté le palais de justice une heure après son arrivée, prétextant qu'il devait "enregistrer une émission quotidienne".

Dieudonné avait déclaré "insultant, voire obscène, de venir déranger un tribunal pour parler de sketches" avant d'ajouter qu'il "aurait fallu convoquer le personnage".

Son avocate Me Isabelle Coutant-Peyre avait estimé de son côté la procédure "inopportune", jugeant que le spectacle ne se déroulait pas dans un lieu public mais privé. Elle avait également contesté les propos incriminés.

Régulièrement condamné par la justice française pour des propos haineux, Dieudonné a vu ses comptes officiels être bannis en août des réseaux sociaux Youtube, Facebook, Instagram et TikTok.