La justice française a ordonné mardi l'expulsion du polémiste controversé Dieudonné du théâtre parisien de la Main d'Or, demandée par les propriétaires de cette salle où il se produit depuis 15 ans.

Le tribunal de grande instance de Paris "ordonne, à défaut de restitution volontaire des lieux, l'expulsion de la société Bonnie Productions et de tout occupant de son chef, notamment la société Les Productions de la Plume (ndlr, société de Dieudonné)", selon le jugement consulté par l'AFP.

Les propriétaires du théâtre estimaient que Dieudonné sous-louait illégalement les lieux, la société ayant signé le bail initial, Bonnie Productions, ayant été radiée du registre du commerce en septembre 2013.

Relevant que le "bail interdit la sous-location" et qu'il n'y avait "pas eu d'assurance pendant deux ans, une faute gravissime dans un théâtre", l'avocate des propriétaires avait réclamé la résiliation du bail et l'expulsion de Dieudonné de la salle.

Le tribunal n'a pas exigé "l'exécution provisoire" du jugement, c'est-à-dire l'expulsion immédiate.

L'avocat de Dieudonné a immédiatement fait part de son intention de faire appel d'une décision qu'il a qualifiée d'"illégale", alors que son client, à travers ses sociétés, a toujours payé le loyer du théâtre, d'un montant de 13.000 euros.

Dieudonné M'bala M'bala, 49 ans, a déjà été condamné à plusieurs reprises par la justice française, notamment pour des provocations antisémites.

En mars dernier, il avait écopé de deux mois de prison avec sursis pour apologie du terrorisme, à la suite d'un message "Je me sens Charlie Coulibaly" posté sur Facebook après les attentats qui ont fait 17 morts début janvier à Paris.

Dieudonné associait ainsi le slogan de soutien au journal satirique Charlie Hebdo, "Je suis Charlie", au nom d'Amédy Coulibaly, un des trois jihadistes ayant mené les attaques, qui avait tué quatre juifs dans un supermarché casher et une policière municipale.