Monde

"C’était jeudi, dans les rues de Jodoigne. Je procédais à une récolte de fonds au profit d’une ONG quand une personne, qui venait de me dire qu’elle était au chômage, m’a montré qu’elle n’avait que deux ou trois petites pièces en poche. Je me suis directement rendu compte qu’il y avait là un réel potentiel. Et voilà comment est née cette idée un peu folle."

Le pari dont parle Philippe De Riemaecker, c’est celui d’arriver à un million d’euros pour aider les victimes du typhon Haiyan en collationnant les pièces de dix centimes. "Mais je ne suis pas contre les autres montants, s’empresse-t-il d’ajouter. Le concept, c’est de débarrasser les gens de ces petits trucs encombrants dont on ne sait pas souvent quoi faire et qui, régulièrement, semblent embêter les commerçants."

Un compte a été ouvert vendredi. Il s’agit désormais de le remplir. Bien que prépensionné, Philippe De Riemaecker est évidemment conscient qu’il n’y parviendra pas seul. Il lance donc un appel aux bonnes volontés :

"Il suffirait que des volontaires organisent des collectes dans leur école, sur leur lieu de travail, dans leur service-club, au sein de leur mouvement de jeunesse…, estime cet ancien de la Sabena. De cette manière, il sera non seulement possible d’atteindre le cap du million, mais peut-être même rapidement."

Pour sa part , Philippe De Riemaecker s’engage formellement à informer régulièrement les participants à l’opération du suivi de celle-ci. Le nombre de ceux-ci ne fait qu’augmenter pour le moment. Mais il n’est pas encore assez important pour espérer pouvoir crier victoire. "Mais j’y crois !, lance le Jodoignois. C’est une histoire de dingues mais il faut y croire, sinon rien n’est possible."


Infos : 0477/31.41.00 ou pr225448@scarlet.be