L'ancien directeur général du FMI s'est prononcé en faveur du Brexit lors d'une interview accordée au JDD, en marge d'une conférence à Marrakech.

Dominique Strauss-Kahn était l'invité du douzième World Policy Conference (WPC) à Marrakech. À cette occasion, l'ancien patron du Fonds monétaire international (FMI) a analysé l'actualité européenne pour les journalistes du JDD. Sur la question du Brexit, l'économiste et homme politique français âgé de 70 ans a délivré une réponse surprenante: "Je suis un Brexiter. C’est très bien que les Anglais fassent leur chemin de leur côté. (...) Une bonne partie de la difficulté de construction de l’Europe depuis quarante ans est liée à la présence de nos amis britanniques, qui n’ont jamais voulu jouer le jeu", a-t-il expliqué.

Par rapport aux angoisses liées au divorce entre le Royaume-Uni et l'Union européenne (un appauvrissement de l'économie britannique en cas de no deal, notamment), DSK a tenu un discours rassurant: "Je ne fais pas partie de ceux qui sont très pessimistes et qui annoncent la catastrophe pour le mois prochain. Je ne crois pas que, dans les mois qui viennent, le risque d'explosion soit vraiment important."

Afin de justifier son opinion, il insiste sur les "problèmes" qui tourmentent l'Union européenne: "Ce que je vois aujourd’hui me désespère un peu, moi qui ai consacré beaucoup de ma vie à ce travail. La grande idée de l'Europe, lors de sa naissance, c'était justement, par son union, d'être un des joueurs de ce monde multipolaireJe crains que l’Europe aujourd’hui ne soit en train de passer en seconde division."