"Nous avons dû faire face à des chiffres comme nous ne l'avons jamais vu auparavant, mais nous sommes vraiment fiers de ce que nous faisons. Beaucoup de pays m'ont contacté pour nous féliciter pour tout ce que nous avons fait et et tout ce dans quoi nous sommes impliqués. Cette augmentation de cas est due au fait que les États-Unis font beaucoup de tests. Nous félicitons toutes les personnes qui ont aidé de près ou de loin dans cette crise sanitaire", a-t-il déclaré.

"Nous savons que ce virus touche toute la population, donner le vaccin aux personnes les plus à risques, celles travaillant en première ligne, aux personnes âgées, aux personnes vulnérables, permettra de diminuer de manière accrue les contaminations. Nous prévoyons de fournir 600 millions de doses, c'est une question de semaines et nous irons très vite dans la distribution."

Le président Trump a également annoncé soutenir le vaccin Pfizer avec un budget d'1,95 milliard. "Ce vaccin a déjà prouvé son efficacité à 90% et nous espérons bientôt plus encore. Des équipes de recherche travaillent partout dans les meilleurs laboratoires du monde"

"L'opération Warp Speed est 5 fois plus rapide que tout autre vaccin de l'histoire. Nous espérons distribuer le vaccin très rapidement, il sera disponible pour toute la population. Mais nous ne le distribuons pas à New York par exemple, pour une raison politique. Le gouverneur veut prendre son temps en ce qui concerne le vaccin, je pense personnellement que c'est une mauvaise décision du point de vue de la santé. Mais nous ne pouvons pas le donner aux Etats qui ne sont pas capables de le distribuer tout de suite", a-t-il poursuivi.

"Nous avons des résultats incroyables comparés à de nombreuses autres études et nous espérons avoir les autorisations de distribution très vite. Avec le vaccin, le nombre de contaminations va très rapidement baisser et de manière significative", a déclaré Donald Trump sur un air presque victorieux. Le Président sortant a ensuite fait le point sur la répartition des respirateur à travers le pays." Nous savons également qu'il y a eu des problèmes dans la distribution des respirateurs. Mais toutes les personnes qui en ont besoin et qui n'en ont pas encore en recevront un. Chaque demande sera approuvée. Nous essayons aussi d'aider les pays étrangers, nous donnons des milliers de respirateurs chaque mois".

Finalement, il a tenu à faire une parenthèse économique en soulignant le fait que malgré la crise sanitaire, de nombreux emplois ont vu le jour.

Elections 2020

Le président a également écarté un nouveau confinement, sans se prononcer pour autant sur l'administration qui pourrait être en place dans quelques mois. “Je pense que le temps nous dira quelle administration nous aurons, mais quoi qu’il se passe à l’avenir, qui sait, je peux vous dire que cette administration n’imposera pas de confinement”, a-t-il déclaré.

Plusieurs journalistes ont demandé, à la fin de la conférence de presse, quand est-ce que Donald Trump allait admettre sa défaite. Le président sortant est parti sans leur répondre.