Monde Madame Ségolène Royal nous demande de publier un droit de réponse suite à la publication d'un article paru sur notre site mercredi

"Vous avez diffusé sous le titre accusateur train de vie Royal des informations mensongères qui ont été précédemment publiées dans le magazine Capital, à l’égard duquel j’ai saisi mon avocat pour examiner les suites à donner à cette publication qui porte atteinte à ma réputation et au sérieux de l’exercice de mon mandat.

En effet, cet article est d’autant plus inique que j’ai fait de la Région Poitou-Charentes, un exemple dans le domaine de la lutte contre le gaspillage.

1/ Le salaire que vous m’attribuez est totalement faux. J’en perçois environ la moitié, notamment parce que j'ai choisi de faire diminuer de 57% l’indemnité réglementaire d’un président de Région. Au total, mes indemnités mensuelles s’élèvent donc à 6 500 € nets et non pas à plus de 12 000€ comme vous l'affirmez..

2/ L’information selon laquelle j’aurais recruté un majordome est tout à fait mensongère. Aucun recrutement de ce type n’a été effectué, la personne qui occupe le poste d’huissier du cabinet travaille depuis des années à la Région.

3/ S’agissant du recrutement d’un cuisinier, celui-ci a permis de diminuer de 200 000 € par an les frais de réception par rapport à la précédente équipe, puisqu’ils sont passés de 510 000€ en 2003 à 242 000€ en 2005.

4/ je ne me suis pas fait fabriquer de » bureau de travail monumental ».
Mon bureau actuel a été commandé en 2004 sous la présidence d’ Elisabeth Morin et fabriqué par un artisan du Pôle Régional des Métiers d’Art. Il a été « récupéré » dans un entrepôt sur une Aire de l’autoroute A10 où il était oublié ….

5/ Non seulement le parc automobile a été diminué de façon drastique, mais la Velsatis a bien été supprimée parce que je considère que cette voiture est trop luxueuse.

6/ une dernière affirmation en ce qui concerne la communication totalement fausse : le budget communication a été diminué de façon importante avec un budget annuel de campagne d’information dans la Presse Régionale qui est passé de 361 000€ en 2003 à
256 000€ en 2005.

D’importantes économies ont été réalisées : vente des Maisons du Poitou-Charentes à Paris et à Bruxelles.
Les actions menées par la Région sont financées à dépenses constantes car je considère qu’1 euro dépensé et 1 euro utile."

Retrouvez ci-dessous l'article incriminé.


Train de vie… Royal

Ségolène ne semble reculer devant aucun sacrifice pour améliorer ses conditions de travail et celles de ses collaborateurs

PARIS Charité bien ordonnée commence par soi-même. L’adage est bien connu et ce n’est assurément pas Ségolène Royal qui l’ignore. Le magazine français Capital a mené l’enquête, dressant de la candidate à l’Élysée une femme socialiste aux idées économiques pour le moins particulières…

Elle qui n’hésitait pas à clamer, dans un passé pas si lointain, que toucher 50.000 francs (français) par mois (7.620 €) était anormal et constituait une véritable “incitation à la violence”, ne semble aujourd’hui plus gênée de voir son compte garni tous les mois de quelque 12.178 € d’émoluments divers. C’est effectivement moins anormal quand on les touche soi-même que lorsqu’il s’agit d’autrui.

En matières de subventions, Ségolène Royal a également instauré une petite révolution dans sa circonscription. En tant que présidente du Conseil régional de Poitou-Charentes, elle n’hésite pas à apporter tout son soutien aux élus de son bord, allant jusqu’à faire subventionner leurs projets à concurrence de 80 %, contre 10 % à peine pour certaines demandes d’élus de l’autre bord.
Ségolène Royal a décidément le cœur sur la main lorsqu’il s’agit de dépenser les deniers publics puisqu’elle n’a pas hésité à acheter pour 80.000 euros de Charentaises afin de venir en aide au secteur…
Si son arrivée au pouvoir s’est accompagnée d’un grand nettoyage par le vide au niveau du personnel, ce n’était pas non plus dans un souci d’économie puisque les dépenses en la matière ont augmenté de 23 % en moins de deux ans. Il faut dire qu’entretenir un majordome, un cuisinier et placer ses propres pions aux postes stratégiques, cela a un coût. Et pour se sentir à l’aise dans… ses charentaises, rien de mieux qu’un bureau monumental sur mesure et un parc de voitures de fonctions riche d’une douzaine de véhicules, dont un récent cabriolet. Mieux, dans un souci d’économiser l’argent du contribuable et de se conformer davantage encore à son image d’élue du peuple, elle a décidé de se défaire de la Renault Vel Satis de son prédécesseur pour circuler dans une Laguna qu’elle estime nettement moins tape-à-l’œil. Belle initiative, si ce n’est qu’en matière d’économies on a déjà fait mieux puisque la Vel Satis a dormi durant des mois dans un garage, le contrat de leasing de ce véhicule ne pouvant être interrompu. Payer pour deux voitures et n’en utiliser qu’une c’est effectivement un excellent moyen de faire des économies !
Ségolène a également un amour immodéré pour la nature puisqu’elle n’a pas hésité à acheter 1,4 million d’arbres. Si un dixième de cette véritable forêt a bel et bien été planté dans son laboratoire poitevin, on ne sait cependant pas où mettre les autres.
Peut-être finiront-ils en papier, sur lequel la royale Ségolène aime à coucher son joli minois pour en faire la publicité, comme pour cette campagne de pub à 500.000 euros dans la presse régionale, au printemps dernier, pour se féliciter de la création du pôle de compétitivité Eco-Industries. Le hic ? Le gouvernement n’a pas encore accepté de créer ce pôle…

V.S.