Le président américain a pris la parole à 6.45 PM (minuit 45 heure belge). Il s'était emporté dans une série de tweets plus tôt dans la journée, exigeant que l'on arrête le comptage des votes. "C'est de la fraude", avait-il fustigé sans le moindre fondement et en multipliant les mensonges.

"Si l'on compte les votes légaux, j'ai largement gagné cette élection", a répété le président en direct de la Maison-Blanche. "Nous avons gagné avec un score incroyable, les sondages s'étaient trompés, il n'y a pas eu de grande vague bleue, mais bien une grande vague rouge." Le milliardaire a ainsi critiqué les sondages. "Fake polls", a-t-il lancé. "On a dit que j'avais perdu l'Arizona et au final, j'ai gagné cet Etat (le dépouillement n'est pas encore terminé dans cet Etat, ndlr.). Nous étions largement en train de gagner dans les Etats-clés et miraculeusement, les démocrates sont remontés dans la course." Trump a alors parlé de la Caroline du Nord qu'il "était en train de remporter aisément", avant que les démocrates mettent la main sur les bulletins de vote. "Nous n'allons pas accepter la corruption dans une élection si importante", a expliqué Trump.

"Ils ne pouvaient pas gagner légalement"

Revenant sur les recours qu'il a introduits en justice, Donald Trump a affirmé que Philadelphie était la partie du pays la plus corrompue. "Ils ne veulent pas nous laisser entrer dans les bureaux pour qu'on assiste au comptage... Je ne peux imaginer qu'une seule raison pour laquelle ils nous en empêchent: ils (les démocrates, ndlr.) sont en train de commettre une fraude", a lancé le président républicain. "Ils ne pouvaient pas gagner légalement, c'est pour ça qu'ils ont orchestré tout cela. J'ai assisté à beaucoup d'élections auparavant. Cet événement est sans précédent."

Il a lancé le défi aux démocrates et à Joe Biden de prouver qu'ils ont gagné ce scrutin de façon légale, comme lui. "La question n'est pas de savoir qui gagnera cette élection, la question n'est pas de savoir qui de Joe ou moi sera le prochain président, c'est surtout d'insister sur le fait qu'on ne peut pas laisser ce genre de fraude arriver dans notre pays", a conclu le président, s’attirant ainsi les foudres des médias.

Au moment de cette allocation, Joe Biden menait la course à la Maison-Blanche avec une avance confortable (253 grands électeurs contre 214 pour Trump). Pour gagner ce scrutin, l'un des deux candidats doit récolter 270 grands électeurs.