Les Américains allergiques au subtil parfum démocrate du ketchup Heinz pourront désormais se rabattre sur le "Ketchup W"

WASHINGTON Les Américains allergiques au subtil parfum démocrate du ketchup Heinz pourront désormais se rabattre sur le "Ketchup W", garanti 100 pc américain, et qui affiche clairement ses couleurs républicaines.
"Vous ne soutenez pas les démocrates. Pourquoi votre ketchup le ferait-il?" demande le fabricant en accroche de son site internet.

Le célèbre ketchup Heinz peut bien être une institution aux Etats-Unis, il n'en porte pas moins un nom problématique pour les plus chatouilleux des républicains puisqu'il renvoie à Teresa Heinz-Kerry, héritière de l'empire agro-alimentaire et épouse du candidat démocrate à la Maison Blanche John Kerry. D'où l'idée du "Ketchup W" -- où le "W" fait immanquablement penser à George W. Bush dont c'est le surnom, même si, jure le fabricant, il faut y lire une référence à George Washington.

Le nouveau-venu affiche en tous cas clairement ses couleurs républicaines, en rendant un vibrant hommage sur son site à Ronald Reagan -- celui-là même qui avait tenté de faire classifier le ketchup comme légume. Qui dit républicain dit patriotique pour le combatif condiment, qui arbore fièrement aigle et bannière étoilée sur son étiquette. "Notre grand concurrent a 57 variétés, mais il a aussi 57 usines à l'étranger. Le Ketchup W n'a qu'un parfum: américain", martèle l'argumentation publicitaire, qui précise qu'une partie des ventes est reversée à un fonds d'aide à la scolarité des enfants de soldats tombés au combat.

Derrière ce nouvel avatar du marketing politico-culinaire -- on se souvient des french fries (frites) rebaptisées liberty fries (frites de la liberté) au moment de la guerre en Irak -- se cache une poignée de jeunes républicains, qui réfute vigoureusement tout lien avec l'équipe de campagne de George W. Bush. "L'idée nous est venue il y a quelques mois autour d'un barbecue dans le nord de New York", explique à l'AFP Susie Oliver, le N.2 de la société. "Nous ne nous sommes pas lancés dans cette entreprise pour faire fortune. C'était pour s'amuser", ajoute-t-elle.

Pourtant le "Ketchup W" connaît un succès "spectaculaire", selon la jeune femme qui parle de "milliers de bouteilles vendues". Pas mal pour un produit vendu sur internet, et au minimum par lot de 4 bouteilles -- soit 12 dollars plus les frais de port. Les commentaires des convertis parlent d'eux-même. "Merci de nous donner une délicieuse alternative américaine au Heinz de base. Cela ne m'intéresse absolument pas de soutenir les causes anti-américaines des Kerry", assure l'un d'eux.

La compagnie Heinz s'efforce pourtant de répéter qu'elle n'est pas partisane et que Teresa Heinz Kerry, qui détient environ 4 pc du groupe, ne participe pas à sa gestion. Le ketchup W n'est pas le premier à tenter de récupérer les républicains par le biais de l'estomac. L'an dernier avait vu la création des "glaces de la bannière étoilée", se vantant de proposer des glaces "au parfum conservateur". L'idée était alors de faire contre-pied au fabricant Ben and Jerry's, qui affiche ses idées pacifistes et écologiques et dont les fondateurs Ben Cohen et Jerry Greenfield ont soutenu Dennis Kucinich, représentant l'aile gauche du parti démocrate, lors des primaires pour désigner le candidat démocrate à la Maison Blanche.

Parmi les glaces au catalogue, le fabricant patriotique propose ainsi des pots aux doux noms de "je déteste la vanille française", "cinglés d'écolos" ou encore "la route d'Irak"