Les temps sont durs pour Valérie Pécresse. Après un sérieux revers au premier tour de la présidentielle, où elle n'est même pas parvenue à récolter 5% des suffrages, la candidate républicaine a lancé un appel aux dons pour rembourser les frais de sa campagne. Ce mardi, celle qui se dit personnellement endettée de 5 millions d'euros a encore été la cible de nouvelles critiques.

Selon les informations de BFM TV, Nicolas Sarkozy n'aurait en effet pas épargné la présidente du Conseil régional d'Île-de-France lors d'un déjeuner avec les conseillers départementaux LR et UDI des Hauts-de-Seine.

"Elle me doit tout", aurait déclaré l'ancien locataire de l'Elysée. "Elle a été ma ministre, ma porte-parole du gouvernement, et voilà qu'elle demande le soutien de Claude Chirac qui a soutenu Hollande, contre moi, en 2012", se serait indigné l'ancienne figure de proue de la droite.

"Elle n'a pas su s'incarner durant la campagne", a encore ajouté Sarkozy.

Déjà critiquée durant le premier tour

Ces propos interviennent alors que Nicolas Sarkozy vient tout juste d'afficher son soutien au président-candidat en vue du deuxième tour. "Je voterai Emmanuel Macron, le seul en situation d'agir", a écrit l'ancien président sur Facebook ce mardi.

Durant le 1er tour, Sarkozy avait refusé d'apporter son soutien à Pécresse, au grand dam du parti qu'il avait créé. Selon des propos rapportés dans la presse, Sarkozy avait déjà tenu des propos très durs envers la candidate républicaine: "inexistante", "Valérie n'a rien compris", "elle serait bien inspirée de me citer", aurait-il notamment martelé.