"Je ne peux pas gérer l'été en pente douce", a déclaré le chef de l'Etat au cours d'une discussion avec une trentaine de retraités à Martel, au deuxième jour de son déplacement dans le Lot (sud-ouest).

"Je vais devoir prendre des décisions, certaines difficiles" et peut être que certaines d'entre elles "ne rendront pas possible" sa candidature, a ajouté le Président, répondant à la question: "Serez-vous candidat en 2022?".

"C'est trop tôt pour le dire", a-t-il répondu, affirmant sa détermination à "faire les choses jusqu'à la fin".

"On doit prendre le pouls du pays même quand on est pas en campagne", a ajouté M. Macron, critiqué par certains opposants pour être entré en campagne électorale à l'approche des régionales des 20 et 27 juin et à moins d'un an de la présidentielle.

En réponse à une question sur l'économie, il a défendu sa politique et sa décision de ne pas augmenter les impôts. "Il faut produire des richesses pour redistribuer et on l'oublie trop dans notre pays. A-t-on des marges de manoeuvre pour financer de nouveaux droits? Non, nous sommes le pays de l'UE qui prélève le plus. Est-ce qu'on peut massivement taper les gros (contribuables), idée qu'on adore chez nous? On peut le faire, mais les gros s'en vont!", a-t-il affirmé. "On m'a dit +le Président des riches+, je m'en fous"