Ce lundi après-midi, le président sortant et candidat au second tour de la présidentielle entame son programme d'entre-deux-tours par un déplacement à Denain, dans le département du Nord. Entre deux poignées de mains, il a été interrogé par une habitante sur sa déclaration polémique qui avait fait couler beaucoup d'encre en janvier dernier.

Dans un entretien au quotidien Le Parisien, il avait en effet assuré "vouloir emmerder les non-vaccinés". "Vous avez dit 'emmerder les non-vaccinés', qu'on était des sous-citoyens, on s'en est quand même pris plein la gueule",a tenu à lui rappeler cette dame, rapporte BFMTV.

Sans sourciller, Emmanuel Macron lui a répondu : "Je n'ai jamais dit ça. Je l'ai dit de manière, entre guillemets, 'affectueuse'." Sa détractrice ne s'est pas laissée démonter et a retorqué : "Ce n'est pas très affectueux de dire qu'on veut emmerder les gens. Quand quelqu'un me dit 'je t'emmerde', excusez-moi Monsieur Macron mais je ne le prends pas très gentiment".

"Si vous le prenez comme ça, si vous le prenez comme une insulte, oui. Mais ce n'est pas ça que j'ai dit. Il y a certaines de vos consœurs soignantes présentes qui étaient vaccinées, qui avaient dit 'les gens qui ne sont pas vaccinés et qui arrivent, il faudrait ne plus les soigner'. Ce à quoi j'ai répondu que je ne ferai jamais ça comme président. (...). Et là, je dis, on met des contraintes, je suis un peu là pour essayer d'emmerder ceux qui ne sont pas vaccinés", a assuré le président.