Une enquête a été confiée à la sûreté départementale, a indiqué à l'AFP le procureur de la République de Metz, Yves Badorc, ajoutant que, "à ce stade (...), aucune piste n'est privilégiée".

Quelque 300 personnes, selon la préfecture, ont répondu à un appel "à un rassemblement de soutien" samedi à 12H00 sur la place d'Armes de la ville mosellane, entre la cathédrale et l'Hôtel de ville. Les manifestants étaient rassemblés derrière une banderole proclamant "Metz, ville de tolérance", selon des images diffusés sur les réseaux sociaux.

Les dégâts ont été constatés vendredi "vers 05H30 par des fidèles venus à la prière du (vendredi) matin", a dit à l'AFP Ridvan Kilinc, le secrétaire de l'association qui gère le centre cultuel et culturel qui abrite la mosquée Merkez Camii, de la fédération DITIB, une organisation de la communauté turque.

Une plainte a été déposée, a-t-il indiqué.

Trois bouteilles incendiaire de type "cocktail Molotov" avaient été déposées devant la façade mais seulement deux ont été allumées, selon M. Kilinc, qui ajoute que le centre n'avait "jamais" fait l'objet d'une telle attaque.

Le ou les auteurs ont aussi visiblement tenté, en vain, de lancer un cocktail Molotov dans la mosquée pour en incendier l'intérieur, a-t-il encore affirmé, précisant que ses deux imams "logent au-dessus" du bâtiment religieux.