Dès dimanche, les théâtres, les musées et le secteur des loisirs en Autriche pourront à nouveau ouvrir leurs portes. Les magasins suivront lundi.

La réglementation applicable aux hôtels et aux restaurants varie, elle, d'un État à l'autre. Au Tyrol, au Vorarlberg et au Burgenland, ils pourront recevoir des clients à partir de dimanche. Salzbourg, la Basse-Autriche, la Carinthie et Vienne pourront le faire à nouveau dans quelques jours ou une semaine. La Haute-Autriche restera confinée jusqu'au 17 décembre.

Dans tout le pays, cependant, les masques buccaux FFP2 sont requis dans les espaces intérieurs. En outre, les pubs et les restaurants doivent fermer à 23 heures. Les bars de nuit et d'après-ski restent fermés.

La levée des mesures ne s'applique toutefois qu'aux personnes vaccinées et à celles ayant récupéré du Covid-19. Les personnes qui n'ont pas été vaccinées ne peuvent en effet toujours sortir de chez elles que pour se rendre au travail, faire les courses essentielles ou recevoir des soins.

Face à une quatrième vague d'infection et à une forte pression sur les hôpitaux, le gouvernement autrichien avait actionné le frein d'urgence le 22 novembre. Il avait ainsi été le premier pays d'Europe depuis le lancement de la première campagne de vaccination à de nouveau instaurer un régime de confinement strict. Depuis lors, le nombre de contaminations a sensiblement diminué et la situation dans les hôpitaux s'est légèrement améliorée. Les experts préviennent cependant que la situation actuelle n'est pas encore suffisante pour rendre le pays résistant à une éventuelle cinquième vague causée par le variant Omicron.

L'Autriche veut par ailleurs introduire une obligation générale de vaccination. Selon le projet de loi, les personnes qui ne se font pas vacciner s'exposent à de lourdes amendes. Le gouvernement affirme qu'il n'obligera personne à se faire vacciner, mais ceux qui continueront à refuser devront payer des amendes pouvant aller jusqu'à 3.600 euros. Samedi, des dizaines de milliers de manifestants sont descendus dans les rues de Vienne pour protester contre ces mesures.