En dehors des Etats-Unis, plus de 200 cas ont été recensés, notamment en Europe, a précisé un autre responsable.

A cause de leur jeune âge, les enfants concernés n'étaient pour la plupart pas éligibles pour être vaccinés contre le Covid-19.

"La vaccination contre le Covid-19 n'est pas la cause" de cette maladie, a martelé Jay Butler, directeur adjoint en charge des maladies infectieuses pour les CDC, en disant vouloir mettre un terme aux rumeurs circulant sur internet. Il a précisé que l'infection au Covid-19 n'était en revanche pas écartée comme cause potentielle.

Les CDC privilégient toutefois la piste d'un certain type d'adénovirus -- des virus assez communs mais qui n'étaient jusqu'ici pas connus pour causer des cas d'hépatites chez des enfants en bonne santé. Il a été confirmé que plus de la moitié des enfants touchés aux Etats-Unis avaient été testés positifs à l'adénovirus dit "de type 41".

"Les enquêteurs ici et dans le monde travaillent dur pour déterminer la cause", a assuré Jay Butler.

Les cas américains sont survenus sur les sept derniers mois, a-t-il précisé. Et 14% des enfants touchés ont dû recevoir une greffe de foie.

"Nous savons que cette nouvelle peut être inquiétante, notamment pour les parents de jeunes enfants. Il est important de se rappeler que ces hépatites sévères sont rares", a voulu rassurer M. Butler.

Si 90% des enfants ont dû être hospitalisés, dans la majorité des cas, ils ont ensuite guéri.