Selon les agences italiennes, l'ancien PDG d'Autostrade, Giovanni Castellucci, qui a aussi été patron d'Atlantia, fait partie des responsables assignés à résidence. Cette annonce a provoqué une chute du cours d'Atlantia à la Bourse de Milan. Un peu avant midi (11H00 GMT), dans un marché en hausse de 0,40%, il cédait 3,74% à 14,94 euros, après avoir perdu un temps près de 5%. Dans un communiqué, la police financière a indiqué que trois responsables étaient assignés à résidence et trois autres placés sous "mesures d'interdiction", sans plus de détails. Ils sont soupçonnés d'avoir commis des manquements concernant la sécurité des transports et fraudé dans les approvisionnements publics. Selon la police, ces responsables sont suspectés d'avoir été au courant de défauts des barrières de sécurité du pont et de leur danger potentiel, mais de n'avoir pas procédé aux travaux de remplacement. Cette enquête annexe a été lancée il y a un an, parallèlement à l'enquête principale liée à l'effondrement du pont de Gênes, qui a fait 43 morts en août 2018.