C'est une épidémie dans la pandémie, baptisée "pingdemic" dans le pays, jeu de mot entre "ping" (recevoir une notification) et "epidemic". Alors que les cas positifs grimpent en flèchent depuis plusieurs semaines dans le pays, flirtant avec les 50.000 quotidiens certains jours, des centaines de milliers de cas contacts sont contraints de s'isoler, mettant sous pression la vie économique, des transports à la distribution alimentaire.

A la Une de presque toute la presse britannique jeudi s'étalent ainsi des photos de rayons vides de supermarchés.

"Cette 'pingdemic' actuelle accentue la pression sur la capacité des détaillants à maintenir leurs heures d'ouverture et à approvisionner les rayons", a déclaré Andrew Opie, un responsable de l'organisme professionnel British Retail Consortium. "Le gouvernement doit agir vite", a-t-il plaidé.

Plusieurs chaînes de supermarchés, ainsi que l'association des producteurs de viande et les transporteurs ont également fait état d'un manque de main d'oeuvre, une partie étant contrainte de s'isoler.

Le gouvernement a promis d'exempter de l'obligation de s'isoler pendant dix jours certains travailleurs essentiels, comme les cheminots, à condition qu'ils aient reçu leur deuxième dose depuis au moins deux semaines ou de présenter un test négatif.

C'est déjà le cas depuis lundi pour des employés du service public de santé (NHS) "dans des circonstances exceptionnelles".

Le ministre des Entreprises, Kwasi Kwarteng, a indiqué jeudi sur la BBC que la liste des travailleurs exemptés serait publiée "aujourd'hui", mais qu'elle serait "très limitée".

Le Royaume-Uni, l'un des pays d'Europe les plus touchés par le coronavirus avec presque 129.000 morts, est confronté à une nouvelle vague de contaminations alimentée par le très contagieux variant Delta.

Le gouvernement a malgré tout levé lundi presque toutes les restrictions sanitaires en place en Angleterre, abandonnant jusqu'à la distanciation sociale et le port obligatoire du masque, s'appuyant sur l'avancée d'une campagne de vaccination qui permet pour l'heure de limiter le nombre d'hospitalisations et de décès.