"J'ai un message pour vous" : le titre de la conférence de presse organisée en direct  sur YouTube ce mardi midi ne laissait que peu de doutes quant à son sujet. Oui, Eric Zemmour est bien officiellement candidat à l'élection Présidentielle de 2022 qui doit se tenir en avril l'année prochaine. A quatre mois et demi de l'élection, l'ancien éditorialiste du Figaro et de CNews, qui fait de l'immigration et l'Islam ses sujets cardinaux, loin devant tous les autres, se lance donc officiellement au bout d'une pré-campagne électrique, émaillée de nombreuses polémiques.

Après une introduction portée sur les valeurs de la France, en déliquescence selon le candidat, et lors de laquelle il s'est adressé à tous les Français "qui ne reconnaissent plus leur pays" selon ses propos, Eric Zemmour a expliqué en quelques minutes ses principales revendications tout en critiquant tous les niveaux de pouvoir du pays, leurs élites ainsi que les médias avant d'annoncer de vive voix qu'il se portait candidat à l'élection Présidentielle de 2022. "Il n'est plus temps de réformer la France mais de la sauver. C'est pourquoi j'ai décidé de me présenter à l'élection Présidentielle de la France."

Le tout sur fond d'un montage vidéo où les images chaotiques (émeutes, heurts avec la police, etc.) s'enchaînaient, Eric Zemmour faisant, lui, face à la feuille où était écrite son discours, sur son pupitre (à aucun moment il ne regarde l'internaute à qui il s'adresse dans les yeux).

Eric Zemmour, 63 ans, doit tenir son premier véritable meeting de campagne dimanche après-midi au Zénith de Paris. La CGT, Solidaires et des militants antifascistes ont déjà promis une manifestation pour faire "taire Zemmour" à 13h dans la capitale française.

> Il y a quelques semaines, nous avions décortiqué ce qui animait Eric Zemmour dans cet article : Sans diabolisation ni complaisance, on est entrés dans la tête d'Eric Zemmour.

© AFP