Jeudi dernier, le polémiste de CNews a été agressé verbalement dans les rues de Paris par un individu qui l'a suivi et s'en est ensuite vanté sur les réseaux sociaux.

Samedi, le Parquet de Paris a annoncé l'ouverture d'une enquête préliminaire pour "violences" et "menaces" à l'encontre de l'agresseur présumé qui a, par la suite, présenté ses excuses en assurant regretter son geste et ne pas avoir craché sur Eric Zemmour, contrairement à ce qu'il avait affirmé.

Lundi, sur le plateau de "Face à l'info" sur la chaine de télévision Française CNews, Eric Zemmour est revenu sur cet incident et a confirmé avoir échangé un appel téléphonique avec le président de la République Emmanuel Macron qui tenait à l'avoir au bout du fil suite à cet épisode malencontreux. Eric Zemmour a tout d'abord voulu qualifier "l'élégance du geste" avant d'avouer que la discussion, qui a duré près de 45 minutes, ne s'est pas arrêtée que sur l'agression en elle-même.  "Il m'a demandé comment ça allait. Et puis, la discussion s'est engagée et on s'est rendus compte que nos désaccords étaient profonds et qu'il fallait un peu de temps pour les élucider donc nous avons parlé longtemps", a entre autre indiqué Eric Zemmour sans pour autant s'étendre sur le sujet.

En ce qui concerne les excuses de son agresseur présumé, le polémiste n'en croit pas une miette et évoque un complot. "Ses excuses, c'est du bidon. Je pense que c'est un avocat de gauche qui lui a conseillé de faire ça parce qu'il a bien vu que les crachats, en temps de coronavirus, ça peut chercher loin"