L'épais nuage de cendres avait obligé les autorités à fermer l'aéroport jeudi matin pour procéder au nettoyage des pistes, pour la deuxième fois depuis que le volcan est entré en éruption le 19 septembre.

"L'aéroport de La Palma est de nouveau opérationnel", a assuré l'autorité aéroportuaire espagnole AENA dans un tweet.

"Binter a repris son programme de vols avec l'île de La Palma, suite à une amélioration concernant les conditions météorologiques et le nuage de cendres", a de son côté annoncé quelques heures plus tard la compagnie régionale dans un communiqué.

Les cendres crachées par le volcan avaient déjà entraîné la fermeture de l'aéroport le 25 septembre. Son gestionnaire l'avait rouvert dès le lendemain, mais les compagnies n'avaient repris leurs vols que quatre jours plus tard.

L'éruption du Cumbre Vieja, qui dure depuis près de trois semaines, n'a fait ni mort ni blessé, mais elle a entraîné l'évacuation de plus de 6.000 personnes, dont certaines ont tout perdu sous les coulées de lave, qui ont ravagé 480 hectares.

Plus tôt samedi, "il semble qu'une partie du cône" du volcan "s'est effondrée", "ouvrant le chemin à deux nouvelles coulées de lave", a déclaré sur la radio RNE le volcanologue Stavros Meletlidis, de l'Institut géographique national (IGN) espagnol.

Les autorités s'inquiètent en particulier de l'une de ces coulées, qui charrie "une grande quantité de lave" et s'approche d'une zone industrielle de l'île, où se trouvent des entrepôts et des commerces, a expliqué à la presse Miguel Ángel Morcuende, directeur technique du Plan d'urgence volcanique des Canaries (Pevolca).

Les experts avertissent aussi que l'avancée sur la mer de près de 32 hectares créée par la lave solidifiée au contact de l'eau pourrait s'effondrer, car elle a atteint le bord du plateau côtier de l'île.

Comme la lave "a atteint le bord du plateau côtier de l'île, si elle continue à avancer au-dessus d'une zone plus profonde, un effondrement pourrait se produire, qui pourrait s'accompagner de la brusque libération de gaz, d'explosions de magma et de la formation de vagues", a expliqué le directeur de l'IGN aux Canaries, María José Blanco, lors du même point de presse.

Le plateau côtier est la zone qui s'étend du littoral jusqu'à une profondeur d'environ 180 mètres avec une pente faible, avant que le fonds marin plonge vers des profondeurs plus importantes.

Selon les derniers clichés du système européen de mesures géospatiales Copernicus, pris avant cet effondrement, la lave a recouvert plus de 480 hectares de terrain et détruit au moins 1.149 bâtiments - qui ne sont pas tous des habitations.

Elle a également causé de gros dommages dans les plantations de bananes, activité principale, avec le tourisme, de cette petite île de 85.000 habitants de l'archipel des Canaries, située à l'ouest des côtes du Maroc.

"Les coulées de lave récentes ont principalement endommagé des zones agricoles, 120 hectares de récoltes au total, dont la moitié sont des bananeraies", a indiqué vendredi Pevolca.

Des dizaines de nouveaux séismes de basse magnitude, allant jusqu'à 4,3 sur l'échelle de Richter, ont par ailleurs été enregistrés ces derniers jours, a précisé l'IGN sur Twitter.