"Nous avons un foyer épidémique très important dans une maison de retraite à Becerril de la Sierra", a annoncé Antonio Zapatero, numéro deux des autorités sanitaires de la région de Madrid.

Détecté le 7 janvier, ce cluster comprend les 48 résidents ainsi que les 17 membres du personnel, tous infectés, et les premiers éléments de l'enquête sanitaire tendent à montrer que le variant britannique, plus contagieux, en est à l'origine.

"Cinq pensionnaires sont morts dans la maison de retraite et six autres à l'hôpital", a poursuivi M. Zapatero, indiquant que cinq autres personnes avaient également été hospitalisées, dont deux se trouvaient "dans une situation clinique préoccupante".

"Les enquêtes menées par la Santé publique pour déterminer l'origine de la souche (...) suggèrent que la souche britannique pourrait être à l'origine du foyer dans la résidence", a-t-il encore dit.

Lundi, seuls 219 cas confirmés du variant britannique avaient été recensés en Espagne, mais vendredi ce nombre était en forte hausse à 350, a indiqué la nouvelle ministre de la Santé, Carolina Darias, devant une commission parlementaire.

"Nous estimons que (les cas liés à ce variant) représentent en réalité entre 5% et 10% du total des cas" dans le pays, a-t-elle ajouté.

"Les prochaines semaines seront déterminantes pour savoir si ce variant prend le dessus, comme c'est le cas dans d'autres pays", a-t-elle poursuivi.

L'épidémiologiste en chef du gouvernement, Fernando Simon, avait estimé récemment que ce variant pourrait devenir la souche dominante en Espagne en mars.