Elle était présente au Capitole le mercredi 6 janvier lorsque le bâtiment a été pris d'assaut. Sur Instagram, elle a raconté comment elle a vécu ce moment, au cours duquel il y a eu cinq personnes tuées dont un officier de police.

“Ça a été un événement extrêmement traumatisant. Et il n’est pas exagéré de dire que beaucoup de membres de la Chambre ont failli être tués”, a déclaré la démocrate de 31 ans, qui pour des raisons de sécurité ne voulait pas en dire de trop. “J’ai fait une certaine rencontre et j’ai cru que j’allais mourir. Je ne savais pas si j’allais arriver à la fin de la journée en vie.”

Bien qu'exfiltrée, AOC ne se sentait toujours pas en sécurité. "Il y avait des sympathisants du mouvement QAnon et des partisans de la suprématie blanche. Il y avait des membres du Congrès qui défendent la suprématie blanche, et j’avais peur qu’ils révèlent notre emplacement.”

Dans sa vidéo Alexandria Ocasio-Cortez a aussi parlé de l'implication potentielle de certains de ses collègues républicains. "J'avais le sentiment que quelque chose n'allait pas au sein des élus" , a-t-elle commenté sans pour autant dévoiler des noms, mais promettant toutefois que les personnes impliquées “seront tenues responsables et, si nécessaire, démises de leurs fonctions".

Elle pointe l'administration de Trump comme responsable des cinq personnes décédées. "Vous avez le sang de ces gens sur les mains", lance-t-elle sur Instagram. Selon AOC, l'attaque du Capitole, comme elle l'appelle, avait pour but d'imposer une "politique de suprémacisme blanc". "Leur soif de pouvoir les a éloignés de leur loyauté envers la démocratie. Trump n'est pas le seul à devoir partir", dit-elle en visant ceux qui ont avancé que les élections étaient truquées.