La société Oravax Medical attend actuellement l'autorisation du ministère israélien de la Santé. La réponse de ce dernier est attendue d'ici quelques semaines. Selon Nadav Kidron, responsable de la société mère Oramed Pharmaceuticals, ce vaccin contre le coronavirus doit d'abord être testé sur 24 volontaires qui n'ont reçu aucun autre vaccin. La moitié de ce groupe prendra une pilule, l'autre moitié deux. Ensuite, on examinera combien d'anticorps sont produits.

M. Kidron voit toutes sortes d'avantages inhérents au développement d'un vaccin que les gens peuvent avaler. Il ne serait en effet plus nécessaire de faire appel à des professionnels pour l'administrer et le produit pourrait être distribué à grande échelle. "Les gens pourraient même être en mesure de prendre leur vaccin à la maison."

L'entreprise a déjà fait produire plusieurs milliers de pilules qui peuvent être utilisées dans le cadre de la recherche. Selon M. Kidron, l'objectif est de démontrer que le concept est réalisable.

"Je prie et j'espère que cela réussira. Imaginez que les gens soient vaccinés après que nous leur avons administré un vaccin par voie orale", déclare le haut responsable, "ce serait une révolution pour le monde entier".