Anders Tegnell, épidémiologiste de référence en Suède, a tenu des propos forts. Il a qualifié la recherche d’une immunité collective de “futile et immorale”, avant de mettre en garde la population : sans vaccin, la transmission du coronavirus ne pourra totalement être stoppée.

L’épidémiologiste a rappelé au journal allemand Die Zeit que “jusqu'à présent, il n'y a pas eu de maladie infectieuse dont la transmission ait été totalement stoppée par l'immunité de groupe, sans vaccin”.

Il avait plus tôt assuré mesurer le pourcentage de la population immunisée, comme de nombreux pays. "Lorsque nous examinons différents groupes, nous constatons parfois des valeurs très faibles, explique-t-il. Lorsque nous regardons les donneurs de sang, moins de 10 % d'entre eux sont immunisés, si nous regardons le personnel de certains hôpitaux, plus de 20 % d'entre eux sont immunisés." Un résultat contrasté qui prouve encore une fois que la circulation du virus n'est pas égale dans la société et qu'il faut donc se méfier de l'immunité de groupe.

Il y a deux semaines, la revue The Lancet publiait une lettre ouverte contre le principe d'immunité de groupe, signée par 80 scientifiques. "Une transmission incontrôlée chez les plus jeunes ferait courir des risques importants en termes de santé et de mortalité à l'ensemble de la population", relevaient-ils.

La Suède face à un "point critique"

Les déclarations d'Anders Tegnell arrivent une semaine après l’adoption par la Suède d’une approche plus régionale dans la lutte contre le coronavirus, face à l’augmentation de plus de 70% du nombre de nouveaux cas quotidiens. Selon lui, le pays se trouve à un “point critique”.

En Suède, près de 6.000 personnes ont perdu la vie et 115 785 cas ont été détectés depuis le début de l’épidémie. Rapportée à sa population, la mortalité du Covid est parmi les 15 plus élevées au monde, selon les données de l'Université Johns Hopkins.

Lors de la première vague de l'épidémie, la Suède n'avait pas fermé les bars, les magasins et les restaurants. Tout était resté ouvert, y compris les écoles primaires.