Il y a "une certaine fébrilité à se déclarer ce soir, car la droite est de retour", a assuré Valérie Pécresse, qui a critiqué un "homme de provocations".

"Il faut du sérieux, de la dignité, du respect", a affirmé Michel Barnier, tandis que Philippe Juvin estimait qu'Eric Zemmour "blesse les Français".

Pour Xavier Bertrand le candidat d'extrême droite "n'a pas la stature pour rassembler les Français". "Je ne laisserai personne être jugé sur sa couleur de peau, sa religion ou son prénom", a-t-il ajouté.

Eric Ciotti a lui reconnu "des constats que partagent beaucoup de Français". Mais "il manque dans le clip une espérance" et "la responsabilité de la droite républicaine est d'apporter des réponses à ces peurs", a ajouté le député des Alpes-maritimes, qui a déjà dit sa préférence pour Eric Zemmour dans le cas d'un deuxième tour face à Emmanuel Macron.

Ce débat, le dernier avant le congrès qui désignera le candidat de LR à la présidentielle, s'est poursuivi sur des thématiques moins abordées depuis le début de campagne: écologie, santé ou pouvoir d'achat.

Plus de 7 millions de téléspectateurs devant Zemmour sur TF1

L'interview sur TF1 du candidat à la présidentielle Eric Zemmour a été suivie mardi soir par 7,2 millions de téléspectateurs et a ainsi capté 30,9% de parts d'audience, a annoncé mercredi la chaîne privée.

Le journal de 20H de TF1, présenté par le journaliste Gilles Bouleau, a été regardé par 6,5 millions de téléspectateurs mardi soir, cumulant 27,9% de parts d'audience.

Le pic de spectateurs a été enregistré lors de l'interview du polémiste d'extrême droite Eric Zemmour, lequel avait officialisé sa candidature à la présidentielle quelques heures plus tôt dans une vidéo diffusée sur YouTube, qui cumule plus de 2 millions de vues.