Les autorités danoises annoncent la nouvelle il y a une semaine : les dernières restrictions encore en place pour lutter contre le coronavirus sont désormais levées. Dans ce pays pionnier du pass sanitaire, le Covid-19 n'est désormais plus considéré comme "une maladie représentant une menace critique pour la société". Dans plusieurs pays européens, on observe avec envie l'évolution de la situation danoise.

Pourtant, si le taux de reproduction du virus est actuellement en dessous de 1, ce qui signifie que l'épidémie recule, l'épidémie n'est pas pour autant terminée dans le pays. Magnus Heunicke, la ministre de la Santé danoise, a d'ailleurs précisé que le gouvernement pourrait revenir en arrière et resserrer la vis en cas de besoin.

Alors comment expliquer le succès du Danemark ? Celui-ci est tout d'abord dû à la campagne de vaccination. "Les vaccins et les efforts considérables déployés par tous les citoyens danois sur une longue période sont à la base de notre réussite", déclarait la semaine dernière la ministre Heunicke. A la date du 17 septembre, 74% de la population danoise était entièrement vaccinée contre le Covid, selon Our World in Data. C'est à peine quelques pourcents de plus qu'en Belgique, où 71% des Belges sont vaccinés.

Miser sur les tests

Selon l'OMS, c'est aussi grâce à la qualité de son système de dépistage et au séquençage que le pays peut se permettre de tels assouplissements. "Le système de santé danois est capable de mettre en œuvre une stratégie à grande échelle de test, qui inclut le séquençage génomique", relevait lundi le directeur Europe de l'OMS, Hans Kluge.

C'est également sur un système de testing et de tracing efficace que mise désormais Singapour pour contrôler l'épidémie. Le pays, qui avait poursuivi une stratégie "zéro Covid" jusqu'ici, a décidé de changer d'approche en juin. "La mauvaise nouvelle est que le Covid-19 ne disparaîtra peut-être jamais. La bonne nouvelle, c'est qu'il est possible de vivre normalement avec cette maladie", écrivaient à l'époque les principaux responsables du Covid-19 à Singapour dans un éditorial. Les autorités sanitaires du pays ont en effet annoncé récemment vouloir mettre l'accent sur la recherche de cluster et le suivi des contacts, en soumettant les travailleurs à haut risque à des tests obligatoires plus fréquents.

Un pas en avant, un pas en arrière

Début août, le pays a commencé à assouplir certaines restrictions, permettant par exemple aux personnes entièrement vaccinées de dîner au restaurant ou de se réunir en groupe de cinq. Le gouvernement a pourtant dû suspendre ce tout nouvel assouplissement en raison de la recrudescence des cas liés au variant Delta. En effet, malgré son taux de vaccination très élevé, avec 81% de la population entièrement vaccinée, le pays enregistrait mardi son plus grand nombre de contaminations en une journée depuis plus d'un an. Face aux difficultés éprouvées pour contenir l'épidémie, les autorités ont prévenu la semaine dernière qu'elles pourraient être amenées à réimposer de nouvelles restrictions.

L'ombre du variant Delta continue de planer sur les deux pays. Au Danemark comme à Singapour, la prudence reste de mise et les autorités semblent prêtes à faire machine arrière à tout moment. La Belgique décidera-t-elle, lors du Codeco de ce vendredi, de prendre exemple sur ces pays qui décident de reprendre une vie (presque) normale ? Réponse en fin d'après-midi...