Monde La femme âgée de 36 ans a été victime d'une campagne de cyber-harcèlement.

Marlène Schiappa a décidé de contre-attaquer. Régulièrement la cible des menaces sur les réseaux sociaux, la secrétaire d'état française à l'égalité entre les hommes et les femmes vit depuis plusieurs semaines une véritable campagne de cyber-harcèlement. Ce mercredi, elle a annoncé sur twitter qu'elle avait porté plainte face à ces nombreux agissements envers elle.

Dans une interview accordé ce jeudi matin à France Inter, elle a expliqué son choix. "J’ai déposé une plainte, ça n’est pas la première", a raconté l'écrivaine. "En général je n’en parle pas. J’en ai déposé plusieurs, il y a eu des procès, certaines personnes ont déjà été condamnées. Là, ça a effectivement dépassé un stade. Et j’ai considéré que ça valait de déposer une plainte pour les milliers de menaces de mort, d’injures et de cyber-harcèlement coordonnés reçus en quelque vingt-quatre heures.

 


Marlène Schiappa va plus loin. Elle dénonce le caractère sexiste des insultes et menaces à son encontre. Selon elle, une femme en politique se fait régulièrement doublement insultée. "Un homme, on va l’insulter sur ses idées, une femme, on va la sexualiser. Il y des appels au viol, des propos orduriers, des menaces de sévices sexuels", analyse-t-elle. Récemment, elle avait pris une salve de commentaires négatifs après avoir clairement pris position contre la cagnotte en ligne créée pour venir en aide à Christophe Dettinger, l'ex-boxeur qui avait tabassé des CRS samedi dernier à Paris, en marge des manifestations des gilets jaunes.