Monde

L'Allemand de 27 ans qui a abattu deux personnes mercredi à Halle voulait "commettre un massacre" dans la synagogue où des Juifs célébraient la fête de Yom Kippour, a indiqué jeudi le procureur fédéral allemand, Peter Frank.

"Ce qui s'est passé hier, c'était du terrorisme", a-t-il déclaré devant la presse à Karlsruhe, ajoutant que le jeune homme "avait l'intention de commettre un massacre" dans l'édifice religieux, dont il n'a pas réussi à forcer la porte.

Il a décrit le jeune homme identifié seulement par "Stephan B." comme "marqué par un antisémitisme effrayant, une haine de l'étranger".

Le procureur a précisé que le tireur était "lourdement armé" au moment de commettre son forfait et que certaines de ses armes étaient "à vue d'oeil de fabrication artisanale".

Dans sa voiture quelque 4 kg d'explosifs ont également été retrouvés.

"Il voulait entrer dans la synagogue pour tuer plusieurs personnes", a-t-il encore dit.

L'assaut, filmé, a fait 2 morts mercredi. Il a été diffusé en direct pendant 35 minutes sur une plateforme internet.

Mais le bilan aurait pu être beaucoup plus lourd si la porte fermée à double tour de la synagogue, où priaient environ 80 fidèles en plein Yom Kippour, la plus grande fête religieuse juive, n'avait pas résisté aux coups de fusil de l'assaillant.

La ministre de la Justice, Christine Lambrecht, a souligné de son côté que l'attaque était "un attentat d'extrême droite" commis par une seule personne.

Les victimes ont été identifiées

Les deux victimes mortelles de l'attentat qui a visé mercredi une synagogue à Halle, dans le sud-est de l'Allemagne, ont été identifiées. Il s'agit d'une femme âgée de 40 ans et d'un jeune homme de 20 ans, selon l'agence de presse allemande DPA. Le président allemand, Frank-Walter Steinmeier, a appelé jeudi à "protéger les juifs", au lendemain de cette attaque considérée comme antisémite. L'auteur de l'attaque a abattu la quadragénaire à l'extérieur de l'édifice religieux, puis s'en est pris au jeune homme dans un restaurant turc à proximité.

Dans sa fuite, il a encore blessé deux personnes, un couple qui tenait un magasin à une quinzaine de kilomètres de la synagogue, encore hospitalisées ce jeudi.

Le président allemand Frank-Walter Steinmeier s'est rendu sur place et a appelé à faire preuve de solidarité et à "protéger les juifs". "L'histoire nous rappelle que le présent nous met à l'épreuve", a-t-il déclaré lors de sa visite.

De son côté, la chancelière allemande Angela Merkel a promis "la tolérance zéro" face à "la haine".

La dirigeante, qui s'est rendue en signe de solidarité dans l'une des principales synagogues de Berlin mercredi soir, s'est dite "choquée et abattue comme des millions de personnes en Allemagne" par cette attaque perpétrée par un homme présenté par la justice comme un Allemand de 27 ans et qui a filmé son forfait et l'a diffusé en direct sur une plateforme de streaming.