Découvrez toutes les réactions suite aux attentats de Paris survenus ce vendredi 13 novembre.

François Hollande décrète l'état d'urgence

Peu avant minuit, François Hollande a réagi aux attentats perpétrés à Paris ce 13 novembre: "C'est une horreur. Nous avons, sur ma décision, mobilisé toutes les forces possibles pour qu'il puisse y avoir la neutralisation des terroristes. J'ai également convoqué le conseil des ministres. Deux décisions seront prises: l'état d'urgence sera problamé sur l'ensemble du territoire et la fermeture des frontières. C'est une terrible épreuve qui une nouvelle fois nous assaille."


Charles Michel parle d'une "nouvelle tragédie à Paris" et adresse ses condoléances

Le Premier ministre Charles Michel parle d'une "nouvelle tragédie à Paris" et adresse ses condoléances aux familles et son soutien aux victimes. "La Belgique est au côtés de la France", a-t-il déclaré sur le réseau social Twitter. "Mes pensées vont aux victimes de la violence aveugle à Paris. Je pense aux familles, aux amis et à tous les Français", a pour sa part indiqué le ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders.

Au moins 35 personnes ont perdu la vie lors de fusillades et d'explosions à Paris vendredi soir.


David Cameron "choqué"

Le Premier ministre britannique David Cameron s'est déclaré "choqué" par les attaques vendredi soir à Paris et aux abords du stade de France, au nord de la capitale, qui ont fait au moins 18 morts. "Je suis choqué par les évènements de ce soir à Paris", a écrit M. Cameron sur son compte twitter. "Nos pensées et nos prières vont au peuple français. Nous ferons tout ce qui est possible pour aider".



Merkel "profondément choquée" par les attaques "à l'évidence terroristes" de Paris

La chancelière allemande Angela Merkel s'est dite vendredi soir "profondément choquée" par les attaques "à l'évidence terroristes" qui ont fait plusieurs dizaines de morts à Paris, selon un communiqué de ses services. "Je suis profondément choquée par les nouvelles et les images qui nous parviennent de Paris. En ces heures, mes pensées vont aux victimes de ces attaques à l'évidence terroristes, à leurs proches et à tous les habitants de Paris", a déclaré la dirigeante.


L'Italie exprime sa solidarité avec ses "frères français" et renforce sa sécurité

Le Premier ministre italien Matteo Renzi a exprimé vendredi soir sa "solidarité" avec ses "frères français", après les attentats à Paris qui ont fait des dizaines de morts, et convoqué un comité national de sécurité samedi matin.

L'Italie est "ensemble avec ses frères français, contre l'atroce attaque à Paris et à l'Europe", a réagi Matteo Renzi sur son compte Twitter. "L'Europe, touchée au coeur, saura réagir à la barbarie", a ajouté le Premier ministre, cité par l'agence AGI, qui précise que M. Renzi, qui suit les évènements, a exprimé la "solidarité" de l'Italie au président français François Hollande.

Le "comité national pour l'ordre et la sécurité nationale est convoqué à 09h30 (08h30) samedi matin", a annoncé pour sa part le ministre de l'Intérieur Angelino Alfano. Les risques d'attentat en Italie sont régulièrement évoqués depuis que le groupe Etat islamique (EI) a annoncé avoir fait du Vatican un de ses objectifs, et alors que Rome se prépare à un jubilé annoncé par le pape et qui doit commencer le 8 décembre.



Obama: Les attaques de Paris frappent "toute l'humanité et nos valeurs universelles"

Les attentats qui ont frappé la capitale française vendredi soir "ne sont pas seulement une attaque contre Paris", mais "une attaque contre toute l'humanité et nos valeurs universelles", a déclaré Barack Obama lors d'une brève allocution à la Maison Blanche.

Briefé sur les événements en cours à Paris, le président américain a ajouté que les Etats-Unis allaient aider la France à "traduire les terroristes en justice", tout en notant qu'il était encore trop tôt pour savoir qui avait fomenté ces attaques, destinées à "terroriser des civils innocents".


Juncker "profondément choqué", exprime sa "solidarité"

Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, s'est dit "profondément choqué" à la suite des attaques vendredi soir à Paris et aux abords du stade de France, au nord de la capitale, exprimant la "solidarité" de l'UE.

"Je suis profondément choqué par les événements à Paris. Nous exprimons notre pleine solidarité avec le peuple de France", a écrit M. Juncker dans un tweet, alors que le dernier bilan fait état d'au moins 39 morts. Le Premier ministre belge Charles Michel a offert ses "condoléances" et a assuré que "la Belgique est aux côtés de la France", sur son compte Twitter.




Le maire de New York exprime sa solidarité

Le maire de New York a exprimé vendredi soir la solidarité des New-Yorkais après les "actes de violence insensés" ayant frappé Paris.

"Les New-Yorkais ont le coeur brisé de voir notre cité soeur de Paris encore frappée par des actes insensés de violence et nous sommes solidaires des Parisiens et de la maire (de Paris Anne) Hidalgo en ces moments tragiques", a déclaré Bill de Blasio dans un communiqué.


Wilmots respectueux

Le sélectionneur Marc Wilmots n'avait pas tellement envie de parler de la victoire des Diables rouges face à l'Italie vendredi au stade Roi Baudouin (3-1). Ses pensées étaient tournées vers Paris où plusieurs attentats avaient fait des dizaines de morts.

"Je ne veux pas beaucoup parler de la rencontre. Il y a pour le moment des choses plus importantes que le footnall. C'est une chose étrangement dérangeante. C'est arrivé dans un pays voisin, c'est très grave", a prétendu Wilmots.

Le fait que les attentats se soient produits à Paris, y compris au Stade de France - sept mois avant le début de l'Euro- n'a pas échappé à Wilmots. "Quelque chose comme cela peut arriver n'importe où, c'est ça le pire. Un tournoi de football doit être une fête, les gens vont au stade pour avoir du plaisir. Je ne suis pas effrayé mais les pays européens doivent faire tout leur possible pour prévenir les attentats", a conclu le sélectionneur.