Selon le nouveau rapport d'évaluation des risques de l'agence européenne chargée de surveiller les épidémies, ce groupe affiche "une proportion plus élevée de cas graves ou d'hospitalisations", avec une hausse de la mortalité "déjà observée" ou "qui pourrait l'être bientôt".

Dans ce nouveau rapport, la Belgique, tout comme la Suède, quitte le groupe à faible risque des pays "à tendance stable" pour rejoindre le groupe intermédiaire des pays à "tendances préoccupantes".

Ce groupe, a expliqué la directrice de l'ECDC, Andrea Ammon, se caractérise par un nombre de cas plus élevé et en augmentation, signalés en raison de l'augmentation des tests. La transmission s'y fait essentiellement entre les groupes jeunes, avec une faible proportion de notifications de cas graves et de décès.

Le risque y est qualifié de modéré. Toutefois, "la situation épidémiologique évolue rapidement" et celle des pays présentant des tendances préoccupantes "semble se détériorer", selon l'ECDC.

"La majorité de ces pays semblent désormais remplir les critères de classification comme pays à tendance préoccupante élevée, souvent en raison d'une augmentation des taux de notification des cas à 14 jours dans le groupes d'âge plus âgés (65-79 ans et/ou 80 ans ou plus)", avertit le Centre.