Monde

La candidate à la présidence de la Commission européenne, l'Allemande Ursula von der Leyen a promis mardi un "green deal" pour l'UE dès les 100 premiers jours de son mandat, si elle est élue. Elle s'est également dite "prête" à un nouveau report du Brexit.

La candidate des Etats membres à la présidence de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a promis mardi aux eurodéputés d'élaborer un "green deal" pour l'UE dans les 100 premiers jours de son mandat. Pour devenir la première femme à occuper la présidence de l'exécutif de l'Union, Mme von der Leyen a besoin d'obtenir mardi soir une majorité absolue au Parlement européen, soit au moins 374 voix.

Dans son grand oral - prononcé en français, anglais et allemand -, la candidate a notamment promis de rehausser l'objectif européen de réduction des gaz à effet de serre (GES), le faisant passer de 40 à 50% d'ici 2030 (par rapport au niveau de 1990).

Elle a en outre garanti qu'elle présenterait un plan plus ambitieux afin de permettre à l'UE de réduire ses émissions de GES de 55% d'ici 11 ans.

L'introduction d'une taxe carbone aux frontières est l'une des mesures avancées par Mme von der Leyen pour parvenir à transformer l'ambition en réalité. "Je ferai de l'Europe le premier continent neutre en carbone en 2050", a-t-elle insisté, promettant une loi climatique européenne dans les 100 premiers jours de son mandat.

Les fonds publics ne seront pas suffisants pour atteindre tous ces objectifs, a encore estimé Mme von der Leyen, avant d'assurer qu'elle plaiderait pour un véritable plan d'investissements à cet effet, et ce entre autres via une transformation de la Banque européenne d'investissement (BEI) en une banque climatique.

Elle a également affirmé être "prête" à un nouveau report de la date de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, actuellement fixée au 31 octobre.

"Je me tiens prête à une nouvelle extension de la date de départ si davantage de temps était nécessaire pour une bonne raison", a déclaré l'Allemande à Strasbourg dans l'hémicycle du Parlement européen. Cette déclaration a été accueillie par les huées des eurodéputés britanniques pro-Brexit.