Monde

L'association Greenpeace a annoncé lundi avoir contraint une plateforme du géant britannique BP à changer son itinéraire après neuf jours de mobilisation, perturbant ainsi son acheminement vers un champ pétrolier en mer du Nord.

"Nous sommes déterminés à empêcher BP de forer de nouveaux puits en mer du Nord", a déclaré Sarah North, militante de Greenpeace à bord du bateau "The Arctic Sunrise".

L'association dit avoir "forcé la plateforme pétrolière à faire demi-tour" lundi, en direction de la côte écossaise, l'éloignant ainsi de sa destination, le champ de Vorlich en mer du Nord, selon un communiqué.

"La balle est dans le camp de BP. Vont-ils poursuivre leur plan de destruction climatique ou se réveiller face à l'urgence climatique à laquelle nous sommes confrontés ?" a poursuivi Sarah North, appelant BP à cesser toute activité de forage et à opter pour des énergies renouvelables.

Des activistes sont d'abord montés la semaine dernière sur la plateforme pétrolière pour l'occuper pendant six jours.

"Ces actions ne sont pas raisonnables et mettent en danger les militants comme d'autres personnes", avait alors argué BP dans un communiqué, qui affirme par ailleurs multiplier ses efforts pour réduire son emprunte carbone.

Les autorités britanniques ont arrêté onze militants, selon Greenpeace.

Samedi, la plateforme est parvenue à prendre le large, mais le bateau Greenpeace l'a suivie, avec des militants à son bord qui assurent avoir perturbé son itinéraire.

Selon Greenpeace, ils l'ont contrainte une première fois dimanche à faire "demi-tour". La plateforme a ensuite remis le cap vers le site de forage lundi matin, avant de changer une seconde fois de direction, naviguant vers l'Ecosse.

Sollicité, BP n'a pas réagi. Selon son site internet, Vorlich est un projet à deux puits, situé à environ 240 km à l'est de la ville d'Aberdeen sur la côte écossaise, dont l'objectif est de forer jusqu'à 30 millions de barils de pétrole, avec une production de 20.000 barils de bruts par jour.