Monde

Bernard-Henri Levy et Eric Zemmour étaient présents hier soir sur le plateau de CNews afin de débattre, dans une ambiance électrique, sur plusieurs sujets polémiques.

A grands coups de citations et de références historiques, Bernard-Henri Levy a notamment tenu a réagir aux propos d'Eric Zemmour selon lequel: "Pétain aurait sauvé les juifs de France".

"C'est une monstruosité, une infamie. C'est du révisionnisme", s’exclame le philosophe. "Pétain a été plus royaliste que le roi. Il a édicté des décrets que l'Allemagne ne lui avait pas demandé. Si des juifs ont été sauvés, c'est parce qu'il y a eu des justes", explique-t-il.

"Ce que vous dites sur la Résistance, qui se moquait éperdument de l'anti-fascisme et qui ne pensait qu'aux nations est une autre infamie", continue-t-il.

Eric Zemmour tente alors tant bien que mal de se défendre: "90% des collabos viennent de la gauche socialiste radicale. Au départ, le Général de Gaulle est même obligé de faire le ménage et de les faire taire parce qu'ils parlent exactement comme à Vichy: 'si on a perdu, c'est à cause des juifs et des francs-maçons'. Ce n'est que quand Hitler attaque la Russie que le combat contre le nazisme devient l’emblème. C'est les communistes qui l'ont imposé. Avant, ils se battent pour la France", martèle le polémiste français.

Il s'agit peut-être des dernières déclarations chocs d'Eric Zemmour. Ses propos virulents et sa mauvaise image ont, semble-t-il, fait déborder le vase en interne.

Les élus du personnel de Canal+ demandent le départ d'Eric Zemmour

Les élus du personnel du groupe Canal+ ont ainsi unanimement demandé le départ d'Eric Zemmour de l'antenne de CNews, a-t-on appris lundi de source syndicale, confirmant une information du site Les Jours. Une motion approuvée par l'ensemble des représentants du personnel a été présentée jeudi à la direction lors d'une réunion du Comité social et économique (CSE) de Canal+, entreprise qui détient la chaîne d'info CNews.

"Les membres du CSE de l'UES (unité économique et sociale) Canal+ demandent à la direction de cesser sa collaboration avec Éric Zemmour et de le retirer de l'antenne de CNews pour des raisons évidentes sur le plan économique, sur la sécurité des personnels, sur l'image du groupe et sur l'éthique", indique le texte de cette motion, que l'AFP a pu consulter.

Les élus du personnel entendaient ainsi protester contre la décision du groupe, qui a recruté le polémiste pour une nouvelle émission quotidienne baptisée "Face à l'info", diffusée depuis la mi-octobre sur la chaîne d'info CNews et dont il est l'éditorialiste vedette.

Un retour sur CNews (ex-iTELE) décidé malgré l'intense controverse déclenchée par son discours très virulent sur l'islam et l'immigration prononcé fin septembre à la "Convention de la droite", et la confirmation en septembre d'une condamnation judiciaire pour "provocation à la haine religieuse".

Le recrutement d'Eric Zemmour a déclenché d'importants remous en interne. Il avait déjà été vivement critiqué par la Société des rédacteurs de CNews et la Société des journalistes de Canal+, qui s'inquiètent de même des "retombées négatives" qu'elle pourrait avoir sur l'image de la chaîne, du groupe et de ses journalistes, et ces organisations ont également réclamé son départ.

En outre, certaines personnalités ont décidé de ne plus se rendre dans les émissions de CNews pour protester contre la présence à son antenne du polémiste. Et la CGT a annoncé également ce lundi que plus aucun représentant de sa direction nationale ne s'y rendrait, tant qu'il "continuera de distiller librement ses paroles haineuses sur cette chaîne".

Le syndicat estime que " les idées d'exclusion, de haine, de xénophobie, de LGBTphobie, de racisme, ne peuvent être banalisées dans la parole publique", et demande " à la direction de la chaîne de prendre ses responsabilités".​